LES MÉTIERS ET FORMATION DANS LE SECTEUR DU

Report
LES MÉTIERS ET FORMATION DANS
LE SECTEUR DU BÂTIMENT
Journée de professionnalisation
« Informer et orienter sur les emplois
et les métiers de l'économie verte »
GIP Alfa Centre – 15/10/2013
Activité Bâtiment au national
(source : www.metiers-btp.org)
•
Bilan 2012 : Léger recul de 1,2 % en volume



•
Projections 2013 : Recul de 3,5 % en volume de la production totale Bâtiment compte tenu d’un
contexte macroéconomique, financier et institutionnel moins porteur



•
Période de crise générale, nette contraction du marché du crédit et attentisme des ménages = repli du logement
neuf (- 3,5 % en volume)
Hausse du marché du non-résidentiel neuf (bureaux) de 1,4 % en volume
Petite baisse de 0,7 % pour le marché de l’amélioration-entretien
Net repli (- 7,2 %) du marché du neuf. Recul de 8,9 % pour la production de logement neuf et de 4,4 % pour le nonrésidentiel
Recul limité à 0,5 % de l’activité en amélioration-entretien, permettra d’amortir en partie le choc du neuf
Destruction prévisionnelle d’environ 40 000 emplois au cours de l’année 2013
Artisanat du Bâtiment : Recul d’activité à - 4 % au 2ème trim. 2013, la baisse se poursuit





Pour le 5ème trimestre consécutif, l’activité recule : - 7,5 % dans la construction neuve, qui souffre encore du recul
des mises en chantiers (- 13 % à la fin mai 2013 sur 12 mois cumulés)
Les travaux d’amélioration de la performance énergétique des logements stagnent (0 %) ce trimestre (+ 3 % /
2012) et ne permettent plus de dynamiser l’activité entretien-amélioration, laquelle poursuit son repli affichant une
baisse d’activité de - 2 %. Les prévisions déjà pessimistes à - 3 % en volume, sont ramenées à la fourchette de - 3,5
%à-4%
Les problèmes de trésorerie continuent de s’aggraver
Tous les corps de métiers ont subi une baisse d’activité (entre - 3,5 % et - 5 %), les maçons étant toujours les plus
touchés par la crise
Toutes les entreprises sont concernées quelle que soit leur taille. Les carnets de commandes sont toujours en baisse
avec un moindre ralentissement pour le 3ème trimestre
Activité en région Centre
(CER-BTP Centre – Enquête trimestrielle
d'opinion des chefs d'entreprises du Bâtiment 203 entreprises - Juillet 2013)
•
Un volume d’activité 2013 en baisse avec un début d’année difficile




•
Stabilité de la durée moyenne des carnets de commandes (4,1 mois) mais niveau toujours
inférieur à la moyenne longue période (4,4 mois)

•


Une entreprise sur 4 déclare avoir des difficultés de recrutement
90% soulignent le manque de compétence et plus d’un tiers, le manque de candidats
La dégradation du niveau d’emploi semble s’être enrayée après le recul observé en fin d‘année 2012 et début
d’année 2013.
Le recours à l’intérim progresse (30 % contre 24 % en début d’année)
Pour le trimestre à venir, 8 % des entreprises interrogées prévoient des effectifs en hausse, 14 % une baisse, les
78 % restantes le maintien de leur effectif. Seules 22 % envisagent de recourir à l’intérim
Situation financière


•
Les petites entreprises continuent de disposer d’un carnet de commandes (3,7) en dessous de la moyenne
régionale, alors que les plus grandes restent au-dessus (4,7)
Emploi et difficultés de recrutement



•
Contexte de ralentissement généralisé mais un niveau d’activité moins dégradé suite au contrecoup des mauvaises
conditions climatiques du 1er trimestre, et ce, quelle que soit la taille de l’entreprise
Poursuite du recul des constructions neuves et stabilité de l’entretien amélioration
La dynamique des travaux d’accessibilité et de rénovation énergétique reste encore peu soutenue
Légère impulsion de l’activité bâtiment portée par le 18, 37, le 41 et le 45, et dans une moindre mesure par le 28 et
le 36
37 % des entreprises affichent des difficultés de trésorerie (mais reste inférieure / 2012)
Difficultés plus modérées pour les entreprises de gros œuvre (27 %) par rapport à celles du second œuvre (41 %)
Prévisions d’activité


Poursuite du frémissement de la reprise d’activité observé sur la période estivale au 3ème trimestre malgré un
niveau de construction en logements neufs toujours en demi-teinte
Tous les départements de la région s’inscrivent dans cette tendance
Les entreprises du bâtiment en région Centre
(CER-BTP Centre – Données 2012)
48 960 salariés
Fortes orientations des
politiques publiques et des
objectifs européens
La réglementation et les politiques publiques soutiennent les objectifs fixés par L’Union Européenne,
pour des Bâtiments soucieux de l’environnement
L'arsenal normatif et réglementaire de l'aménagement, de la construction et du cadre de vie, déjà très important,
s'étoffe d'année en année notamment sous l’effet d’une prise en compte toujours plus forte de préoccupations
liées à l’environnement et au développement durable.
Les DTU et les normes techniques évoluent en permanence. Ainsi en passant de la RT 2000 à la RT 2005, la
réglementation thermique s’est durcie augmentant les coûts de la construction et les prescriptions techniques à
respecter. Selon des experts, entre la RT 2000 et la RT 2005, la performance énergétique d’une maison
individuelle doit faire un bond de 22%.
Emissions de gaz à effet de serre : prochaines échéances de la réglementation européenne
• 2012 : réduction de 8% (par rapport aux valeurs de 1990)
• 2020 : réduction de 20%
• 2050 : les émissions de CO2 du bâtiment devront être divisées par quatre par rapport aux valeurs enregistrées
en 2006, passant de 120 millions de tonnes à 30 millions de tonnes. C’est pourquoi on parle de « facteur 4 »
pour mentionner cet objectif. La consommation énergétique moyenne, initialement de 400 kwh/m2, devra
atteindre moins de 100KWH/m2 (dont 74% pour le chauffage).
Atteindre le « facteur 4 » suppose à la fois d’agir sur la qualité des réhabilitations, et d’accroître les exigences
pour les constructions neuves. Les nouvelles habitations devront ainsi à terme consommer moins de
15KWH/m2, voire devenir contributeur en énergie (Bâtiment à énergie positive).
En France, le projet de loi issu du Grenelle de l’environnement annonce en 2008 une progression plus rapide.
Dès 2010, tous les bâtiments et équipements publics, ainsi que les immeubles tertiaires, devraient être
construits en basse consommation (50 kWh/m2.an). Pour les logements privés, une baisse d’au moins 20% par
rapport à la RT 2005 est prévisible, avec l’objectif d’un tiers des constructions en basse consommation, ou à
énergie passive ou positive. Dès 2012, les logements neufs seraient à basse consommation, puis à énergie
passive ou positive dès 2020.
Traduction de ces orientations
• Pour les professionnels
Labels et certificats
Obligations et réglementations (fluides frigorigènes, RGE…)
Contrôles
• Pour les clients
Crédits d’impôts (panneaux photovoltaïques, maisons BBC)
Certificat d’énergie et attestation de fins de travaux
Dans le secteur du Bâtiment
Économie verte
=
Développement Durable
=
Performance énergétique des
constructions
=
Evolutions des activités du Bâtiment
Les enjeux du secteur
•
Les évolutions des marchés, des techniques et de la réglementation ont un impact
sur les compétences des professionnels du secteur
•
Les enjeux du développement durable (Grenelle de l’Environnement – Plan
Bâtiment Durable) transforme les métiers
•
La réalisation d’économies d’énergies pour les bâtiments neufs et anciens rénovés
repose en partie sur l’acquisition de nouvelles techniques et technologies
(équipements énergétiques, nouveaux matériaux…), qui sont propres à chaque
métier
•
Développer la performance énergétique des bâtiments nécessite également de
savoir combiner les nouvelles techniques de plusieurs métiers, au sein de
l’entreprise ou en association avec des entreprises d’activités complémentaires
= Pas de nouveaux métiers en soi mais des métiers qui évoluent
Les impacts du
développement durable
sur l’activité bâtiment
 Sur les techniques propres aux métiers du BTP
La nouvelle réglementation environnementale (RT2012) modifie le travail des professionnels du
bâtiment, en particulier à travers :

la nécessité d’améliorer la performance énergétique des bâtiments avec des objectifs
très élevés à atteindre dans des délais serrés (Grenelle de l’Environnement)

l’utilisation de matériaux peu consommateurs d’énergies de fabrication

l’obligation de contenir les nuisances des chantiers, les dépenses d’énergie ainsi que
les émissions de gaz à effet de serre

l’obligation de traitement des déchets et le recyclage des matériaux
Ces changements se traduisent dans la plupart des métiers de production par la nécessité de
mettre en œuvre de bonnes pratiques environnementales sur les chantiers, définies par le
bureau d’études et coordonnées par l’encadrement.
Dans certains cas, il est nécessaire d’acquérir de nouvelles technologies et connaissances
liées à l’environnement.
Enfin, certains emplois se développent ou évoluent en lien avec les nouvelles technologies et
les nouveaux matériaux mais aussi avec les nouveaux modes constructifs (préfabrication…).
 Sur la fonction Qualité, Sécurité, Environnement
Les exigences renforcées du DD constituent une nouvelle donne pour les entreprises
du secteur, à la fois en termes de réglementation à respecter et de niveau qualitatif à
atteindre dans la réalisation des ouvrages.
Le développement d’une fonction Environnement nécessite des compétences pour
intégrer les nouvelles contraintes réglementaires mais aussi pour établir, suivre et
contrôler un indicateur de performance environnementale.
 Sur l’organisation et gestion de chantier
La réalisation d’économies d’énergie pour les bâtiments neufs et anciens rénovés
repose avant tout sur l’organisation et la gestion des chantiers. L’implication de
l’encadrement est particulièrement importante en termes de :



mise en œuvre des nouveaux systèmes constructifs
animation de systèmes de bonnes pratiques professionnelles d’écoconstruction
intégration des nouvelles normes environnementales dans la gestion des
chantiers
 Sur le conseil aux donneurs d’ordre = Proposition d’une offre
globale
L’évolution des marchés en réponse au Grenelle de l’Environnement placent les entreprises de
Bâtiment en situation de co-conceptrices des ouvrages :

pour assurer la prise en compte des objectifs environnementaux, elles doivent être en
mesure d’assurer un rôle de prescription auprès des donneurs d’ordre en amont des
projets (publics, privés, particuliers)

pour construire des bâtiments répondant aux objectifs de performance énergétique, elles
doivent s’associer pour combiner les procédés et les produits mis en œuvre par différents
corps d’état
Cela se traduit par un recours accru à des compétences adaptées de négociation et de prescription au
sein de l’entreprise :

Rôle de conseils et de préconisations pour des solutions respectueuses de
l’environnement et financièrement attractives auprès des clients -> Interlocuteur unique

Identification de nouveaux matériaux dotés d’une meilleure efficacité énergétique

Organisation (juridique et assurance) pour engager une démarche partenariale afin de
proposer une offre globale « performance énergétique du bâtiment ».
Impacts du
développement durable
sur les métiers
• Performance énergétique des constructions
Métiers concernés : TOUS
La réalisation d’économies d’énergies pour les bâtiments neufs et anciens rénovés repose en partie seulement sur
l’acquisition de nouvelles techniques et technologies liées aux énergies renouvelables (équipements énergétiques,
nouveaux matériaux…), qui sont propres à chaque métier. Au niveau de l’entreprise, la question de la performance
énergétique des bâtiments suppose de combiner les nouvelles techniques de plusieurs métiers, relevant des
équipements et de l’enveloppe du bâtiment. Il s’agit de proposer une offre globale, ce qui peut être réalisé par
association avec des entreprises complémentaires ou encore par diversification des métiers de l’entreprise.
L’offre globale se traduit par la capacité des entreprises du bâtiment à conseiller les maîtres d’ouvrage sur les techniques
les mieux adaptées et sur leur articulation optimale au plan énergétique. La performance énergétique repose sur une
efficacité globale du bâtiment.
• L’offre globale d’équipements énergétiques du bâtiment
Métiers concernés : chauffagiste, climaticien, électricien
L’offre globale d’équipements énergétiques du bâtiment définit la capacité à choisir le meilleur dispositif technique de
gestion de l’énergie (chauffage, climatisation, etc.) des bâtiments. Cette capacité repose sur les compétences combinées
de ces corps d’état maîtrisant les nouvelles techniques et technologies liées aux énergies renouvelables. Avoir une bonne
connaissance des différentes techniques liées aux équipements est également nécessaire pour pouvoir assurer un rôle de
conseil auprès des maîtres d’ouvrage.
• L’offre globale en techniques de l’enveloppe du bâtiment
Métiers concernés : menuisiers bois/pvc/aluminium, serruriers, fermetures protection solaires, façadiers
aluminium, maçons
Des exigences liées à la performance des bâtiments découlent des techniques spécifiques de conception et de mise en
œuvre pour la façade. Elles concernent plusieurs corps de métiers. S’il n’y a pas à l’heure actuelle de métier générique de
l’enveloppe du bâtiment, celui de façadier aluminium en est le plus proche. Les compétences que devront posséder les
entreprises relevant de cette activité globale intègrent les domaines suivants : thermique, maîtrise des contraintes des
différents matériaux, acoustique, résistance des matériaux, ventilation des façades, sécurité incendie, accessibilité,
coordination des interphases et maîtrise de la sous-traitance, associées à des capacités technico-commerciales sachant
valoriser les compétences des entreprises.11
• L’offre globale en rénovation énergétique du bâtiment
Métiers concernés : chauffagiste, génie climatique, électricien, menuisiers bois, pvc ou aluminium,
serruriers, fermetures protection solaires, bardeurs, façadiers aluminium, maçons
L’offre globale en rénovation énergétique du bâtiment constitue pour l’entreprise une stratégie de diversification de
ses corps de métiers. Les qualités nécessaires à sa parfaite exécution sont nombreuses et importantes. Cette
compétence intègre obligatoirement celles recensées dans l’offre équipement énergétique et celle des techniques
de l’enveloppe, en particulier dans les domaines suivants : thermique, maîtrise des contraintes des différents
matériaux, acoustique, résistance des matériaux, ventilation des façades, sécurité incendie, accessibilité,
coordination des interphases et maîtrise de la sous-traitance, associées à des capacités technico-commerciales
sachant valoriser les compétences des entreprises. Cette activité intègre également une fonction nouvelle de
coordination, assurée par un professionnel chargé d’assurer la maîtrise et la coordination de tous les intervenants
dans un cadre contractuel : technique, juridique, financier qui le lie au maître d’ouvrage.
L’offre globale en sécurité et maintenance incendie
Métiers concernés : électricité, fumisterie, menuiserie, etc.
Tous les métiers sont concernés par les règles et normes de l’incendie, mais le travail résultant de la détection de
l’installation de systèmes et de la maintenance est un travail de spécialiste. Pour répondre à un marché en
expansion, la Profession s’est attachée à un travail de redéfinition des compétences liées à ce métier, qui peut être
défini en trois grandes familles de fonctions : - le désenfumage - la détection incendie - la mise en sécurité. Au-delà
des techniques, une fonction de prescripteur auprès de la maîtrise d’œuvre devra être développée pour contribuer à
optimiser les choix techniques et financiers dans la mise en sécurité des bâtiments.
Formations et
certifications
• Dispositif de formation FEEBât
• Développement des plates-formes Maîtrise de l’Energie sur la
région Centre (CFA, lycées, GRETA, etc.) ouvertes à tout
public
• Formations aux énergies renouvelables, aux éco-matériaux
• Labels pour obtenir la mention RGE (PPE, Eco-artisan,
Qualit’ENR, Qualifelec, Qualibat)
• Formations à l’Accessibilité
• Les guides formations régionaux des Organisations
Professionnelles
» http://www.centre.ifrb.fr/
» http://centre.capeb.fr/
• Etude sur les besoins en compétence
» http://centre.capeb.fr/
Formations FEEBAT
La Formation aux économies d’énergie des entreprises et des artisans du Bâtiment développe et systématise
la prise en compte de la dimension énergétique dans l’ensemble des travaux de rénovation des bâtiments, en
les appuyant sur des technologies performantes et des solutions innovantes.
5 modules concernent le résidentiel (avec une déclinaison de 2 d’entre eux pour les DOM) et 1 autre
concerne le tertiaire. Le 5ème module a été mis en place à partir de septembre 2011. Ce module, dont les
formations portent sur le neuf, vient enrichir la palette des modules FEE Bat ciblés initialement sur la
rénovation énergétique.
Le module 1 Tertiaire a pour but d’élaborer et de proposer des offres de travaux d’amélioration énergétique
adaptées aux petits et moyens bâtiments tertiaires.
Module 1
• Identifier les
éléments clés
d’une offre
globale
d’amélioration
énergétique des
bâtiments.
Module 2
• Maîtriser les
logiciels pour
mettre en œuvre
une offre globale
d’amélioration
énergétique des
bâtiments.
Module 3
• Connaître,
maîtriser et
mettre en œuvre
les technologies
performantes
d’amélioration
énergétique des
bâtiments.
Module 4
• Exploiter l’évaluation thermique
et vendre l’offre globale
d’amélioration énergétique des
bâtiments résidentiels.
• S’organiser pour porter
juridiquement l’offre globale
d’amélioration énergétique des
bâtiments résidentiels.
Module 5
• Gérer les interfaces d’un
chantier en résidentiel basse
consommation : RT2012 –
perméabilité à l’air
• Mettre en œuvre des bâtiments
en résidentiel basse
consommation : RT2012 –
perméabilité à l’air
Formations accessibilité
Accessibilité et adaptabilité
pour tous : les fondamentaux
Module A1
Maîtriser un marché économique potentiel, savoir
appliquer la réglementation en vigueur, connaître les
intervenants et les relais, proposer des solutions
pertinentes, adaptées et confortables.
Le logement individuel :
maintien à domicile et
confort d'usage pour tous
Module B1
Identifier la situation du handicap, les différents
travaux d'adaptation des logements individuels, les
solutions d'accompagnement et de financement des
travaux.
Formations initiales
• Cf annuaire des formations bâtiment et travaux
publics en région centre
• Quasiment pas de nouveaux diplômes liés au
verdissement des métiers en niv 5 et 4 mais
des contenus qui évoluent (module offre
globale, gestion des déchets de chantier…)
• Les nouveaux diplômes sont surtout en niveau
3, 2 et 1, certains d’entre eux sont en attente
d’ouverture dans notre région
Limites et freins au
verdissement des métiers
• Les marchés ne sont pas encore au rendez vous
Activité pas suffisamment emmenée par ces nouveaux marchés que le secteur
considère pourtant porteurs
Le marché augmente progressivement mais reste encore réservé à une clientèle
avertie
Pour les particuliers ces marchés représentent un investissement à long terme pour
un coût plus important (ex différence de prix entre chauffe eau solaire et classique)
• Les réglementations et les mesures influencent le marché
Exemple des panneaux photovoltaïques, des fluides frigorigènes, de l’accessibilité, de
l’éco conditionnalité
•
Les référentiels des diplômes n’évoluent pas assez vite
Décalage entre ce qu’apprennent les jeunes formés et l’activité réalisée sur les
chantiers.
Les professionnels s’auto forment, se forment auprès des fabricants / fournisseurs ou
entre eux
• Les organismes ont du mal à faire face aux changements
Investissement dans les plateformes, les technologies et les matériaux
Formation de formateurs
• Image obsolète attribuée aux métiers du bâtiment
Présentation dépassée de ces métiers (évolution des conditions de travail,
évolutions techniques des métiers, enjeux pour l’environnement, enjeux pour
l’avenir des constructions, ressources en termes d’emplois et de développement
professionnel)
On oublie le sens
• Orientation par défaut
Décalage entre des métiers qui deviennent de plus en plus techniques et le profil
des professionnels formés
Cela génère un manque de motivation ou de professionnalisme chez les jeunes
dans le métier
Pour aller plus loin :
•
www.metiers-btp.org - le site de l’Observatoire prospectif des métiers et
des qualifications
•
http://www.feebat.org/
•
http://www.performance-energetique.lebatiment.fr/
•
http://www.eco-artisan.net/
•
http://ecocitoyens.ademe.fr/faq-rge
•
http://www.cerbtp-centre.asso.fr/
•
www.ccca-btp.fr

similar documents