afreximbank annual forum

Report
ANNUAL FORUM
2014
‘’Customer Due Diligence and Corporate Governance’’
PROFESSIONNALISATION DES ENTREPRISES
FAMILIALES: PARTAGE D’EXPERIENCE
IBRAHIMA CISS
PRESIDENT
CISSCORPHOLDING LLC USA
Dakar, Senegal / October 28th - October 29th
:
INTRODUCTION ET GENERALITES
TOUT D’ABORD PERMETTEZ-MOI DE VOUS PRESENTER DE MANIERE GLOBALE, LES PRINCIPALES
CARACTERISTIQUES DE L’ENTREPRISE FAMILIALE AFRICAINE :
•
Avant tout posons une question préjudicielle. Qu’est-ce qu’Entreprendre ? :
•
Entreprendre, c’est saisir les opportunités qui se présentent à nous mais aussi c’est
s’exposer à des risques. Toute définition est malaisé car consistant à définir des contours.
Or les contours de l’entreprise familiale sont larges et pas facile à cerner.
La littérature relève divers critères pour définir les entreprises familiales :
Ce sont des entreprises qui en général sont informelles et caractérisées par les aspects
suivants :
•
•
–
–
–
–
–
–
–
–
la taille de l’entreprise en générale petite,
l’absence d’enregistrement,
la non immatriculation fiscale,
l’inexistence d’états comptables corrects,
le faible niveau d’accès au crédit bancaire et
la mobilité du lieu de travail.
Il n’y a pas de structure prédéfini, ni d’organigramme encore moins de manuel de procédures qui
doit édifier sur qui fait quoi, comment et où.
Le chef d’entreprise ou chef d’orchestre est propriétaire du capital, et décide de ce qu’il y a à faire,
répond de tout du début et à la fin.
INTRODUCTION ET GENERALITES
•
Face à pareil cas, il est difficile de rapprocher l’entreprise familiale à des process
voire faire de la ‘’Due Diligence’’.
•
D’où la nécessité de procéder à la corporatisation.
•
Pour les PME de structure familiale, la corporatisation désigne généralement le
fait de développer un mode de management professionnel et une séparation
stricte entre les ressources financières privées du propriétaire et celles de
l’entreprise.
Plusieurs raisons peuvent être à l’origine de ce processus de corporatisation :
•
–
–
–
–
–
–
–
La volonté du propriétaire de réduire son implication dans l’affaire;
L’entrée d’un associé dans le capital social,
La disparition de la personne clé qui pilote l’entreprise,
L’Entrée en bourse,
La fusion avec une autre entreprise,
L’acquisition d’une entreprise,
Etc…
CAS D’ETUDE : LOCAFRIQUE
• Pour vous parler du thème que nous avons l’honneur de vous
présenter à savoir corporatisation, ou formalisation et
développement de l’entreprise familiale en Afrique, nous
partagerons avec vous quelques expériences connues/vécues par
notre cabinet CISSCORP HOLDING, pour mieux enrichir le forum
et les enseignements à y tirer.
• Tout d’abord nous évoquerons le cas de LOCAFRIQUE , un
Etablissement financier spécialisé dans le crédit-bail, qui est
aujourd’hui un des fleurons de l’environnement financier du
Sénégal voire de l’UEMOA’ si l’on en juge par le fait que d’une
affaire unipersonnelle, Mr BA père vendeur de pièces détachées à
l’origine, est arrivé à un groupe de sociétés de grande envergure
dont le chiffre d’affaires dépasse FCFA 50 Milliards. Je suis certain
que vous vous attendez à ce que je vous dise comment en est-il
arrivé là ?
CAS D’ETUDE : LOCAFRIQUE
•
•
En effet, vendeur de pièces détachées de voitures toutes marques depuis plus de
deux décennies, Mr BA père, a convaincu de grands concessionnaires de
véhicules par son sens des affaires, son talent et sa rigueur dans le Management
couplée à sa pertinente vision stratégique. Ainsi, d’informel, Mr Ba créé la
société Carrefour Automobile et a obtint la licence de concessionnaire de
véhicules de BWM et de FIAT. Dans le souci de développer son business, et de
procéder à sa corporatisation, Mr BA envoya son fils ainé faire ses études en
France puis au Canada où ce dernier décrocha un Master en Comptabilité
Finance.
Au retour de son fils, Mr BA père saisit une opportunité qui s’est offerte à lui en
rachetant les actions du groupe CFAO sur LOCAFRIQUE. Après quelques temps,
toutes les actions restantes de LOCAFRIQUE furent la propriété des BA qui, se
retrouvant seuls dans l’affaire l’ont développé significativement en y adjoignant
de nouveaux produits. Ainsi LOCAFRIQUE est à la fois utilisé comme un levier
pour développer aussi bien les activités de Carrefour Automobile qui vend des
véhicules avec possibilité d’être financé par LOCAFRIQUE, mais aussi pour
développer le crédit-bail dans différents secteurs de l’économie sénégalaise.
CAS LOCAFRIQUE:
LES ETAPES ESSENTIELLES
• 1.
LA FORMALISATION DE L’ENTREPRISE avec :
– a.Un enregistrement
– b.
Une adresse physique et postale
– c.La réalisation de toutes les procédures administratives et légales en
vigueur aux Sénégal
– d.
L’organisation d’une holding avec la prise et la détention des
participations dans les entreprises existantes ou créées.
• 2. LA SPECIALISATION PAR ACTIVITES-METIERS ET LA
DIVERSIFICATION GEOGRAPHIQUE
– a.LOCAFRIQUE: Les activités financières : crédit-bail et affacturage
– b. CARREFOUR AUTOMOBILES: Les activités négoce et de représentation –
Ventes de véhicules (concessions BMW, FIAT)
– c.Les activités de services
– e. La diversification géographique pour toucher le maximum de clients où
besoin en est.
CAS LOCAFRIQUE:
LES ETAPES ESSENTIELLES
• MISE EN PLACE D’UN DISPOSITIF DE RENFORCEMENT DES
STRUCTURES DE MANAGEMENT, DE PERENNISATION DE
L’AFFAIRE ET DE SON DEVELOPPEMENT
–
–
–
–
i.
DG : Directeur Général
ii.
DEX : Directeur De l’Exploitation
iii.
DAF : Directeur Administratif et Financier
iv.
DJRH : Directeur Juridique et des Ressources
Humaines
– v.
CONTROLE INTERNE
– vi.
COMPTABILITE
– vii.
DEPARTEMENT DES MOYENS GENERAUX
CAS LOCAFRIQUE:
LES ETAPES ESSENTIELLES
c.
Un accent particulier est mis sur le renforcement de la fonction
Ressources Humaines et le plan de succession
• i.
L’adhésion à une convention collective
• ii.
Le recrutement de jeunes femmes et d’hommes de qualité
• iii. La mise en place des procédures, des règlements, d’un code de
déontologie,
• iv. La formation permanente
• v.
L’évaluation périodique
• vi. La mise en place de procédures de passation et succession pour la
continuité de l’activité
• Préparation de la relève :
• Fils ainé qui a fait une MBA Option Comptabilité Finance aux CANADA et
qui est employé comme Directeur Général de LOCAFRIQUE.
• Top management renforcé par des jeunes
CONCLUSION
L’entreprise personnelle ou familiale n’est pas
foncièrement une mauvaise affaire mais nous pouvons
émettre quelques doutes sur sa compétitivité et sa
pérennité compte tenu des écueils qu’elle rencontre. En
choisissant de formaliser son affaire, Mr BA père espère
la faire vivre après lui à l’image de Goldman Sachs,
Rothschild, JP Morgan, et bien d’autres. Ces entreprises
ont débuté pour la plupart comme des toutes petites
affaires individuelles mais aujourd’hui réussissent à
braver les aléas du temps et les mutations économiques,
financières et légales et réglementaires à travers
plusieurs siècles.
QUESTIONS?

similar documents