Introduction Au Développement Durable Nous n’héritons pas la Terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants… A.

Report
Slide 1

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 2

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 3

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 4

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 5

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 6

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 7

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 8

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 9

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 10

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 11

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 12

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 13

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 14

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 15

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 16

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 17

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 18

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 19

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 20

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 21

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 22

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 23

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 24

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 25

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 26

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 27

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 28

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 29

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 30

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5 ème forum des acteurs du
développement durable, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Lille, France 23 mai 2000.

Conclusion : le développement
durable, un concept neuf ?
Comme Monsieur Jourdain de la prose, faisait-on du
développement durable sans le savoir ?
oui ! concepts et approches issus de l'environnement, du
développement local, du management…
nouveau ! cohérence et cadre général permettant de les intégrer
dans l'action quotidienne et à tous les niveaux
nouveau ! gouvernance, rôles respectifs des secteurs privé et
public
Le développement durable n'est qu'un discours s'il ne se traduit
pas par
des stratégies d'acteurs coordonnées et des processus réels de
concertation et de mobilisation
des objectifs ambitieux mesurés par des systèmes d'indicateurs
et des processus d'évaluation
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Conclusion

Le développement durable demeure donc une hypothèse et
constitue un outil d’analyse tourné vers le long terme dans
une perspective d’équité, de respect de l’environnement
et d’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Le développement durable est une utopie*, en ce sens
qu’il vise à changer une situation présente et qu’il est tourné
vers l’avenir.
Crabbé, 1997
… c’est également le nouveau paradigme du développement
* Au sens de Thomas More, 1516 : construction imaginaire, anticipation


Slide 31

Introduction
Au
Développement
Durable

Nous n’héritons pas la
Terre de nos ancêtres,
nous l’empruntons à nos
enfants…
A. de Saint-Exupéry

Qu’est-ce qu’une ressource?
Toute entité (énergétique, matérielle)
nécessaire à l’Homme
pour assurer
ses fonctions physiologiques
et ses activités de production
Pas d’utilité -> Pas de ressource.
(Ramade 1981)

Stock vs ressource
Stock:
La somme totale d’énergie et matière qui
compose l’environnement.
Tout n’est pas utilisable. Tout n’est pas
ressource. À cause:
•De problèmes technologiques
•De la non reconnaissance de propriétés, de valeurs

Historique des approches à la gestion des
ressources naturelles
Quatre approches au cours des 200 dernières années
Approche d’exploitation
Approche de préservation
Approche utilitaire
Approche écologique ou durable

Owen et al. 1998:11

Approche d’exploitation
Une ressource donnée devrait être utilisée le plus
intensivement possible pour fournir le plus de
profits à l’utilisateur

L’utilisation d’une ressource dépend des capacités
à l’exploiter
Préoccupation environnementale minimale

Approche d’exploitation
Coupe à blanc

Approche de préservation
Une ressource doit être préservée, mise de
côté et protégée
Création d’espaces protégés
Parcs, réserves

Approche de préservation
El Chico National Park
(Mexique)

Approche utilitaire
Une ressource donnée, renouvelable, doit être gérée de
façon à ce qu’elle ne s’épuise jamais, mais plutôt qu’elle
puisse se renouveler et servir aux prochaines générations.
Rendement soutenu
Prélèvement – Ensemencement
Demande d’excellentes connaissances

Approche utilitaire
Régénération forestière

Approche écologique ou
durable
Les stratégies de conservation doivent protéger plus que la
ressource exploitée. Une ressource donnée doit être
exploitée sans provoquer d’effets adverses sur
l’environnement biophysique et humain
Fondée sur l’interdépendance des phénomènes
Multi-usages

Approche écologique ou
durable
Coupe forestière améliorée

Le DD, un oxymoron ?
… assemblage de termes incompatibles …
Sustainable Development ?
développement viable
développement soutenable
développement durable
« Cette expression a été critiquée comme se prêtant à des interprétations parfois
antinomiques. La confusion a été favorisée par le fait qu’on employait
indifféremment « développement durable », « croissance durable » et
« utilisation durable », comme si ces expressions revêtaient une signification
identique. Tel n’est pas le cas. La notion de « croissance durable » comporte en
effet une contradiction dans les termes, puisque rien de physique n’est
susceptible de croître indéfiniment. Quant à la formule « utilisation durable », elle
s’applique par définition exclusivement aux ressources renouvelables : elle
implique une utilisation respectant la capacité de renouvellement. »
UICN, 1991

Quelques repères chronologiques

Thomas Malthus (1766-1834)
Ressource
Population

dans son " Essai sur le principe de la population ",1798,
s’inquiète de la " soutenabilité " de l’environnement au
regard du renouvellement des espèces.
Selon la théorie de Malthus, la population augmente de
manière géométrique alors que la production, notamment
des denrées, ne s ’accroît que de manière arithmétique. Il
arrive donc inévitablement un moment où la courbe de la
population dépasse la courbe de la production alimentaire
entraînant pauvreté, famine et épidémies.
La solution préconisée par Malthus revient donc à réduire
l’accroissement de la population en agissant sur le taux de
natalité.

Écodéveloppement,
M. Strong et I. Sachs 1972
1981 …Les dimensions culturelles, sociales, économiques,
institutionnelles, politiques et écologiques doivent être
traitées dans leurs interrelations par une politique intégrée

… l’harmonisation entre les stratégies de la croissance
socio-économique et la gestion de l’environnement …
… les projets de civilisation où le socio-économique et
l’écologique sont étroitement imbriqués….
1997 : le DD doit d’obéir à trois critères : la justice sociale,
la prudence écologique et l’efficacité économique

« Halte à la Croissance ! » 1972
Concept de CROISSANCE ZERO
« Halte à la croissance » est le Rapport demandé par le
Club de Rome au M.I.T. (Massachusetts Institute of
Technologie) (D. Meadows) dont les hypothèses sont :
 de maîtriser la croissance démographique,
 d'encourager le changement technologique,
 d'assurer l'accroissement optimal du stock de
facteurs contribuant au bien-être,
 de tarifer les ressources naturelles de façon à refléter
leur rareté et
 de modifier la structure de production et de
consommation.

Club de Rome
SCÉNARIO : TENDANCE GÉNÉRALE
1972 2004

Développement autre ou société
de conservation
Fondation Dag Hammarsköld, Kimon Valaskis, Edward
Goldsmith et Société Royale du Canada

… un autre type de développement confiant en soi,
endogène, centré sur les besoins réels, en harmonie avec
la nature et ouvert au changement institutionnel.

Développement durable
(axe conservation)
UICN, PNUE, FMN (WWF), FAO, UNESCO, Stratégie
mondiale de la conservation (SMC) 1980
le développement durable est défini comme la modification
de la biosphère et l'emploi de ressources humaines,
financières, vivantes et non vivantes, pour satisfaire aux
besoins des hommes et améliorer la qualité de leur vie. Pour
assurer la pérennité du développement, il faut tenir compte
des facteurs sociaux et écologiques, ainsi que des facteurs
économiques, de la base des ressources vivantes et non
vivantes, et des avantages et désavantages à long terme et
à court terme des autres solutions envisageables.

Développement durable - CMED
Commission Mondiale de l’Environnement et du
Développement (CMED) 1987
«Le développement soutenable est un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs.»
Un développement qui se fait au détriment de la qualité de l'environnement ne
peut pas être viable à long terme.
Un développement basé sur l'exploitation des ressources, pour être durable,
devra respecter le taux de renouvellement de la ressources (ressource
renouvelable) ou prévoir un échéancier de remplacement de la ressource
(ressource non renouvelable).
Le souci d'équité entre les générations doit également se manifester à
l'intérieur d'une même génération.

Développement durable
Sauver la planète
UICN, PNUE, FMN (WWF), Sauver la planète: Stratégie
pour l’Avenir de la Vie

La stratégie définit le développement durable par le fait
d'améliorer les conditions d'existence des communautés
humaines tout en restant dans les limites de la capacité
de charge des écosystèmes.

Développement durable
Déclaration de Rio
Déclaration adoptée par les représentants de 170 pays
en 1992

le développement durable est centré sur le droit des êtres
humains à une vie saine et productive en harmonie avec la
nature
le droit au développement doit être réalisé de façon à
satisfaire équitablement les besoins relatifs au
développement et à l'environnement des générations
présentes et futures.

Développement ne veut pas dire
croissance
« Beaucoup de confusion peut être évitée si nous
pouvons nous entendre pour utiliser le terme croissance
pour référer uniquement à l’échelle quantitative des
dimensions physiques de l’économie. Des améliorations
qualitatives peuvent être appelées développement. La
croissance de l’organisme économique signifie de plus
larges mâchoires et un plus gros système digestif. Son
développement signifie une digestion plus complète.
Ainsi, les limites à la croissance n’impliquent pas de
limites au développement. »
Daly 1988

Modèle d’intégration de l’économie
classique et du flux des ressources

Adapté de Young, M.D. 1992. Sustainable Investment and Resources Use.
Parthenon-UNESO et Villeneuve (1998)

Le développement durable
pour qui ?
Parties-prenantes

Stakeholders

êtres
humains

pays du
nord

humains
contemporains

pays du
sud

générations
futures

acteurs
« faibles »

nature et autres êtres
vivants

Gouvernance
«La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,

politique et administrative en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux.

Elle englobe les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels
les citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs différends.

La bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence
et la responsabilité. Elle se caractérise aussi par l’efficacité et l’équité. Elle assure la
primauté du droit.
La bonne gouvernance veille à ce que les priorités politiques, sociales et
économiques soient fondées sur un large consensus au niveau de la société et à ce que
les voix des plus démunis et des plus vulnérables puissent se faire entendre dans le
cadre des prises de décisions relatives à l’allocation des ressources nécessaires au
développement.»

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : La gouvernance en faveur du développement humain durable,
Document de politique générale, http://www.undp.org/uncdf/Franc/role/table.htm

Gouvernance 2
La gouvernance se définit comme l'ensemble des
établissements, des procédés et des traditions qui dictent
l’exercice du pouvoir, la prise de décision et la façon dont
les citoyens font entendre leur voix.
Institut sur la Gouvernance (Ottawa)

Modèle ou structure qui émerge dans un système sociopolitique en tant que résultat commun de l'interaction de
tous les acteurs en présence. Ce modèle ne peut être réduit
à un seul acteur ou à un groupe d'acteurs en particulier.
J. Kooiman, «Findings, Speculations and Recommendations», dans J. Kooiman
(dir) Modern Governance, London, Sage, 1993.

Gouvernance pour le développement
durable
Dans le contexte du développement durable on considère que la gouvernance
est un processus de décision collectif n'imposant pas systématiquement une
situation d'autorité.
Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont
liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l'information et de toute l'autorité
pour mener à bien une stratégie d'ensemble inscrite dans le long terme. Cette
stratégie ne peut donc émerger que d'une coopération entre les institutions et les
différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses
responsabilités et ses compétences.

On parlera de gouvernance éclairée pour un processus accompagné des
informations et des connaissances adéquates. Par un système d’information,
des processus de sensibilisation et d’apprentissage collectif, les acteurs concernés
acquièrent une vision des enjeux, de leurs atouts et faiblesses, des opportunités
et menaces, des degrés de liberté individuels et collectifs et du rôle qu’ils
Source : Brodhag, www.agora21.org
peuvent jouer.

Les dates clés du
développement durable
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Stockholm
Conférences
internationales
Le Caire 1994 :
population

Rapport
Brundtland

1987

Rio

1992

Copenhague 1995
sommet social
Pékin, 1995 :
sommet des femmes

Rio+5 :
Istanbul 1996 :
Habitat II,
sommet des villes
Monterrey mars 2002
financement du
développement

1972

New York

Johannesburg

Commissions du
développement
durable

Conférences des
Parties de la
Convention Climat

signature

CDD1
CDD2
CDD3
CDD4

1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001

CDD5

2002

CDD10

CDD6
CDD7
CDD8
CDD9

ratification
COP1: Berlin
COP2 : Genève
COP3 : Kyoto
COP4 : Buenos Aires
COP5 : Bonn
COP6 : La Haye
COP6bis : Bonn

COP7 : Marrakech

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Environnement
+ Bio-physique
Économique
=
+ Économique
Social
Socio-culturel

DD

Sadler et Jacobs

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action
2 Économie communautaire
EQUITABLE

3 Conservation équitable
VIVABLE

4 Intégration
environnement-économie
VIABLE

1
Développement durable

Sadler et Jacobs

Champs et thèmes
intégration
Société

équitable

Economie

durable
vivable

viable

Nature

éducation
citoyenneté
gouvernance
gestion
durable du
territoire

modes de
production et de
consommation

C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les trois piliers du DD
développement = un tout dynamique,
alimenté par trois champs d’action

Sadler et Jacobs

Les quatre stocks de capital
Quatre stocks de capital, tous indispensables à la
production durable des biens et des services nécessaires à
la satisfaction des besoins.
Capital industriel,
Capital immobilier,
Ressources
énergétiques
Capital « produit »
Infrastructures
publiques
Matières
premières
Capital naturel
Capitalnon-renouvelables
financier
renouvelables
Connaissances
Capital humain
Relations
Processusinterpersonnelles
naturels
Savoir-faire
Réseaux sociaux
Capital social
Coopération entre individus
Coopération entre collectivités
la richesse véritable d’une région ou d’un pays étant
constituée de la combinaison de ces quatre grandeurs.

La conception du DD

2° Conception faible
forte
Durabilité
[économiqueDurabilité
+ social + Durabilité
environnement] = DD
+
+
=
Économique sociale
environnementale

DD

durabilité signifie préservation de la capacité productive globale
descapital
sociétés.
La perte
de capital
naturel
ne pose
pas de problèmes
le
naturel
doit être
sauvegardé
dans
son ensemble
:
si des
mécanismes
substitution
existent
si l'efficacitéd'autres
de
une
dégradation
doitdeêtre
compensée
par la et
réhabilitation
l'usage des
naturelles
améliorée.
éléments
duressources
capital naturel,
et nonestd’un
autre capital.

Les trois piliers + un
Économique
+
Social
+
Environnement
+
Institutionnel

=

DD

Les champs du développement
durable
domaine traditionnel de l'économie politique

Compétition
Société

Coopération

Économie

ressources

pollutions

1
Nature

3

arbitrage
contrat
consensus
gouvernance

local

global

simple

complexe

2

« le développement soutenable est un
développement qui répond aux besoins du présent
sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland : Notre Avenir à Tous, rapport de la Commission Mondiale sur
l'Environnement et le Développement, Les Editions du Fleuve, 1987, p 51

Modèle à quatre pôles

Villeneuve, Claude. 1998.

Le développement doit répondre aux besoins des individus et des
collectivités :
Besoins matériels
Pôle
économique

Besoins d’un milieu sain
...maintenir les systèmes
qui entretiennent la vie et
assurer la pérennité des
ressources
Pôle
écologique

...assurer la qualité de vie en
répondant aux besoins de sécurité
physique, d'alimentation,
d'habitation, de transport, etc.

Pôle éthique
Pôle
social

Besoins sociaux
...répondre aux
aspirations de chaque
être humain d'être en
santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé,
reconnu, etc.

Besoins d’équité...
assurer un partage équitable entre les peuples d'une même
nation, entre les nations, entre les générations et avec la nature

Les cinq dimensions du
développement durable
...respecter la diversité
des cultures et des
collectivités humaines
(leurs réalités locales en
matière de spécificité
écologique, culturelle et
des paysages)

cu

lt u

re

...être un projet de société
meilleure, visant à réduire
les iniquités

i
c
o

ll e

e
l
a

éco lo g iq u e

s
...être rendu possible par
VIABILITE
une allocation plus
...favoriser une meilleure
é
efficace des ressources,
e
co
répartition des populations a l
apport régulier en
i
n
entre les espaces urbainst et
capitaux privés, publics
o
a
m
ruraux en évitant de p
iq
contribuer à l'exodesdes
ue
régions et au développement
des banlieues-dortoirs
(le but d'améliorer la capacité de support
...permettre
étant de maintenir un de la biosphère (qui permet d'intensifier
équilibre démographique
qui des ressources sans dommage à
l'utilisation
soit viable)
Sachs
l'environnement)

& Strong

Les six conditions à remplir pour
la poursuite du DD
Selon la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement
(CMED), cela nécessite :
Système politique
... qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions
Système économique
... capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques
sur une base soutenue et autonome
Système social
... capable de trouver des solutions aux tensions nées d'un développement
déséquilibré
Système de production
... qui respecte l'obligation de préserver la base écologique en vue du
développement
Système international
... qui favorise des solutions soutenables en ce qui concerne les échanges et le
financement
Système administratif
... souple, capable de s'autocorriger

Les conditions d’application du
développement durable
selon Young (1992), six conditions doivent être remplies, à divers degrés, pour
un projet, qu'il soit local et limité ou national

Utilisation efficiente des ressources
(nonl'avenir
renouvelables)
Maintien
de
qualité
l'environnement
ÀConserver
Éviter
Maintenir
l'échelle
les erreurs
des
nationale
lela
capital-nature
possibilités
gouvernementales
et de
internationale
pour
(renouvelables)
• Principe utilisateur-payeur et pollueur-payeur;
••Compensations
pour
la production
de bénéfices non
Maintenir
la
valeur
des
ressources;

Conservation
des
cycles
de
la
matière
et les
desprix
nutriments;
• Augmenter
Utiliser
Mettre les
Intégrer
finles
àmécanismes
l'aide
la
coûts
dégradation
aux
de remplacement
pays
du pauvres;
environnementale;
marché; dans
des
comptabilisés;
Réinvestir
montants
des
d'exploitation
dans
la
Limitation
des
émissions
en
deçà
de
la
de
•ressources;
••Favoriser
Faire
Adopter
la promotion
une
leles
libre-échange,
attitude
deprudente
la responsabilité
y droits
compris
devant
avec
l'incertitude
à capacité
l'égard
les pays
des
sur les
•recherche
Allocation de
et renforcement
des droits d'usage;
solutions
rechange;
support
écosystèmes;
ressources
pauvres;
•répercussions
Investirdes
dans
naturelles
environnementales;
l'amélioration
etde
humaines;
de la productivité;
• Couplage
de garanties
d'approvisionnement
avec des
Investir
la
valorisation
des
Préservation
des
paysages
•••Ajuster
Taxer
Accroître
Subordonner
les
etdans
activités
améliorer
la diversité
la
récolte
d'extraction
les
économique,
législations
à la productivité
et ressources
d'usage
écologique
environnementales
des
desécosystèmes;
ressources;
et sociale;
et
garanties
de protection
de l'environnement;
renouvelables
••conditionnellement
sociales
Favoriser
Favoriser
Mettre
entre
fin les
à
des
lales
démunis;
dégradation
taux
partenaires
d'intérêtdes
réels
économiques
ressources
bas;
de manière à
• Éviter les subventions qui réduisent les prix des
••Rechercher
éviter
Ajuster
les la
fuites
démographie
la de
stabilité
capitaux
politique
auvers
tauxdes
et
deéconomique;
remplacement;
pays moins exigeants;
ressources;
••Réduire
Rendre la
obligatoire
dette desl'éducation
pays pauvres;
primaire et secondaire
• Ne pas masquer les indicateurs écologiques par des
• Favoriser les transferts de richesse vers les pays pauvres
subventions;

Contexte de l’information
imparfaite
amélioration continue

principe de précaution

information et connaissance imparfaites
sans irréversibilité : on évalue les
résultats pour affiner les décisions dans
une cycle d’amélioration continue

information et connaissance imparfaites
avec irréversibilité : on décide de prévenir
sans attendre les effets car il peut être trop
tard.

revue du système,
modification des
objectifs

Act
contrôle
et audit

Check

engagement de la
direction, planification
et programmes

Plan
Do

mise en
œuvre des
dispositions

la roue de Deming

En cas de risque de dommages
graves ou irréversibles l’absence
de certitude scientifique absolue
ne doit pas servir de prétexte pour
remettre à plus tard l’adoption de
mesures effectives visant à prévenir
la dégradation de l’environnement.

Principe 15 Rio 1992
C. Brodhag, http://www.agora21.org

Les grands principes du DD
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• Le principe de subsidiarité
• Le principe de prévention
• Le principe d’économie
et de bonne gestion
• Le principe de responsabilité
• Le principe de solidarité
• Le principe de transversalité
et globalité

qui donne la possibilité de
qui
suppose
queactions
la
revenir
sur des
population
soit
lorsque
neassociée
sommes
qui
veut nous
que
chaque
aux
dede
décision
pas prises
certains
leursau et
question
soit
traitée
ilexprime
vautlemieux
prévenir
la volonté
de que
conséquences
=d'efficacité
meilleur
niveau
dans
temps
et
dans
qui
veut voyager loin
guérir
s’impliquer.
(n’attendons
pas
des
structures
locales.
l’espace,
solidarité
entre
ménage
sa
monture,
et
Celui
qui
dégrade
doit
l’irréparable
pour
agir).au
(traiter
les problèmes
les
peuples
et
les
réduit
ses
gaspillages
réparer
(utilisateur-payeur,
plus
près
de
l’endroit
où ils
générations.
Le objectifs,
planification des
pollueur-payeur)
se
posent).
développement
doit
traduite
en stratégie
profiter
à toutes les
d’actions
populations.

15 principes pour l’action
1 La préservation systématique de l’environnement
2 L’analyse des impacts sur les autres territoires

6 principes
pour un mode
de
développement
plus
respectueux
de
l’environnement

3 La prise en compte des seuils et limites écologiques
dans l’utilisation des ressources
4 L’application du principe de précaution et l’analyse de
la réversibilité

5 La réparation, la restauration de l’environnement et
l’application du principe pollueur-payeur
6 L’amélioration des connaissances, la recherchedéveloppement et la désignation des
responsabilités

15 principes pour l’action

4 principes
pour une
efficacité
économique
globale et
transversale.

7 L’analyse transversale des besoins et des réponses
8 Le bon calibrage des projets
9 L’assurance de la cohérence et de la diversité de
l’occupation territoriale
10 Une consommation économe des flux et la mise en
réseau des systèmes productifs

15 principes pour l’action
11 L’esprit de solidarité et la volonté de coopérer

5 principes pour
une meilleure
justice sociale
sur un mode
participatif

12 La volonté d’une participation citoyenne et de la
transparence de l’information
13 La valorisation du patrimoine et la sensibilisation des
populations pour une conscience environnementale
14 La préoccupation de la santé publique
15 La protection et l’intégration des personnes les plus
fragiles

4 outils cohérents
Charte et engagements à
long terme.
Echelle : agglomérations, bassin de vie
(pays), bassin hydrographique, massif, Parc
Naturel Régional...

Agenda 21 local
forum local du
développement
durable

impliquant les collectivités
locales, acteurs économiques,
associations d’environnement,
de solidarité...
C. Brodhag, http://www.agora21.org

4 dimensions : sociale,
économique,
environnementale et
gouvernance
indicateurs de
développement
durable
bonnes pratiques
échanges d’expériences

et bonnes techniques en vue
de leur transfert et de leur
diffusion, mise en réseau des
expériences similaires
49

Conclusion
« Le développement durable est axé sur les personnes en
ceci qu’il vise à améliorer la qualité de la vie humaine, et il
repose sur la protection de la nature en ceci qu’il est
conditionné par la nécessité de respecter la capacité de la
nature de fournir des ressources et des services
biologiques. De ce point de vue, qui dit développement
durable dit améliorer la qualité de la vie humaine tout en
respectant les limites des écosystèmes connexes. »
Crabbé, 1997

Pistes de conclusion...
« Les scènes du développement durable qui réussiront
sont celles qui arriveront à trouver un bon équilibre
entre deux pôles, celles qui sauront être à la fois
de bons espaces de problèmes permettant une
construction sociale et intellectuelle satisfaisante de ces
problèmes, et
de bons espaces de solutions permettant
l’engagement coordonné d’actions et une mobilisation
efficace des ressources adaptées aux problèmes
identifiés »

Olivier Godard La démarche de développement durable à l’échelle des régions urbaines, in actes du 5