Cours : Myco.

Report
INITIATION A LA MYCOLOGIE
Qu’est-ce qu’un champignon ? (= fungus ou mycète)
- une plante primitive ou dégénérée ? (règne
végétal : thallophytes cryptogames)
- un organisme appartenant à un ensemble original
= règne fongique (vision du monde vivant à 5 règnes:
Procaryotes, Eucaryotes = Protistes et Chromistes,
Végétaux, Animaux, Champignons)
- un organisme inclus dans un ensemble artificiel,
polyphylétique, d’organismes présentant un certain
nombre de caractères communs.
Traditionnellement, la mycologie étudie les organismes
se rapportant au règne fongique sous son ancienne
définition :
• Champignons (Microsporidies et Eumycètes)
• + une partie des Straménopiles (Oomycètes,
Labyrinthulomycètes, Hyphochytriomycètes)
• + une partie des Mycétozoaires (Myxomycètes,
• Acrasiomycètes)
Actuellement, plus de 70 000 espèces connues
Estimation : 1,5 millions d ’espèces
caractères fondamentaux (ex-« règne fongique », ancienne
classification)
• 1- Organismes eucaryotes
• 2- Mode de vie hétérotrophe (C)
• 3- Appareil végétatif = thalle (unicellulaire ou filamenteux)
• 4- Reproduction par des spores
+ 3 caractères supplémentaires (champignons
« vrais » ou Eumycètes)
• 5- nutrition par absorption
• 6- spores non flagellées (exceptionnellement
• uniflagellées= chytridiomycota)
• 7- paroi cellulaire avec chitine
Les mycétozoaires
(Myxomycètes et Acrasiomycètes)
le phyllum des Mycétozoaires regroupe :
• - les Acrasiomycètes = Dictyosteliomycota
• - les Myxomycètes (stricto sensu) ou Myxomycota
• - les Archéamibes (ex: Entamoeba histolytica)
lignée différenciée (il y a environ 1 milliard d’années) à
partir des protistes (un millier d ’espèces ?, 160
connues en France)
Acrasiomycètes + Myxomycètes = Myxostelidae
ou Gymnomycota (champignons-animaux)
Les mycétozoaires (Myxomycètes et
Acrasiomycètes): CARACTÈRES GÉNÉRAUX
Eucaryotes non photosynthétiques à
forme libre amiboïde (= myxamibe)
masses gélatineuses de taille
millimétrique à décimétrique.
organismes saprophytiques, parfois
parasites
Fuligo sp.
ÉCOLOGIE
• Organismes le plus souvent saprophytes,
vivant dans les endroits humides, sur de la
matière organique en décomposition (bois
mort, feuilles mortes, excréments, etc.).
• Organismes hétérotrophes ingérant par
phagocytose des bactéries et des particules en
décomposition
LES MYXOMYCÈTES: Plasmodial slime molds
Appareil végétatif (= plasmode) plurinucléé (=
coenocyte), sans paroi externe ni cloison, comprenant
2 régions distinctes :
• - l’endoplasme, interne, incluant de nombreux noyaux
à divisions synchrones
• - l’ectoplasme, externe, constamment soumis à des
déformations, à l’origine du déplacement par reptation
sur les substrats (protéine contractile = myxomyosine),
luimême entouré d ’une gaine de bactéries
symbiotiques du genre Bacillus
Au cours de ses déplacements, le plasmode englobe des
particules organiques et les digère (phagocytose)
Lorsque les conditions deviennent défavorables : il y a immobilisation du
plasmode, condensation en un zoosporange (en qq heures), générateur de
zoospores.
Cycle biologique
En présence d’eau :
éclatement du zoosporange
 dissémination des zoospores
Germination des spores
--> cellules nageuses flagellées
Multiplication puis fusion en
myxamibes
Fusion des myxamibes
(plasmogamie puis caryogamie)
--> plasmode
INTÉRÊT DES MYXOMYCÈTES
• Agents
phytopathogènes:
- Plasmodiophora
brassicae : agent
de la hernie du
Chou
- Spongospora subterranea :
agent de la galle poudreuse de la
pomme de terre
Organisme Modèle:
- Physarum polycephalum : cultivable in
vitro, matériel de choix pour l’étude de la
mitose
LES ACRASIOMYCÈTES: Cellular slime molds
Appareil végétatif = pseudo-plasmode (« troupeau » de
• myxamibes) ; ni cellule flagellée, ni vrai plasmode)
Lorsque les conditions deviennent défavorables :
Agrégation en zoosporange grâce à un ciment
cellulosique. Le zoosporangeest fixé par un disque
basal (sécrété par des myxamibes abortives) et porté
par un pédoncule cellulosique. Seules certaines
myxamibes survivent et s ’enkystent en zoospores.
LES OOMYCÈTES:
I. POSITION SYSTÉMATIQUE
• Oomycètes = Mastigomycota ou Phycomycètes
(champignons-algues) :
• phylum des Straménopiles (= Hétérochontes) qui
regroupe notamment les Diatomées et les algues
brunes, jaunes et dorées
Lignée différenciée il y a environ 700 millions
d’années à partir des algues brunes siphonées
(> 2 000 espèces)
II. CARACTÈRES GÉNÉRAUX
•
Eucaryotes à mode de vie « aquatique », souventsaprophytes, parfois parasites
• Multiplication asexuée dominante assurée par de planospores (cellules nageuses biflagellées)
ou zoospores, produites au sein de sporocystes. Ces Sporocystes sont isolés ou groupés à l’extrémité
de sporocystophores ramifiés, qui s’extériorisent de l’hôte par les stomates.
Après dispersion par le vent :
- libération de planospores biflagellées chez les espèces archaïques (Pythium spp.) ;
- libération de planospores en milieu humide ou production d’un siphon en milieu sec chez certains
genres (Phytophtora spp.) ;
- formation systématique d ’un siphon chez les genres les plus évolués (Peronospora spp.).
•
•
Reproduction sexuée sans libération de gamètes :
fécondation directe d ’un gamétocyste femelle (= oogone) par un gamétocyste mâle (=
spermatocyste) grâce à des tubes copulateurs, aboutissant à un zygote = oospore
--> oogamie siphonogame
• Cycle majoritairement diploïde
• Appareil végétatif = thalle à siphons
• paroi cellulaire constituée de microfibrilles de ß1> 3,ß1->6 glucanes et de cellulose (ß1-> 4
glucanes) enrobées dans un ciment de gluco-,
xylo-, galacto-manno-protéines
• 2 lignées :
- Saprolégniales : moisissures aquatiques
- Péronosporales : parasites des végétaux
supérieurs terrestres
III. SAPROLÉGNIALES
• champignons filamenteux très commun dans
l’eau, sur les déchets organiques, les cadavres
de petits animaux, etc.
IV. PÉRONOSPORALES
Passage du saprophytisme au parasitisme
occasionnel, puis au parasitisme strict, qui
s’accompagne d’une adaptation de plus en plus
marquée à la vie aérienne.
• Thalle (2n) : intracellulaire chez les espèces
primitives (mode de vie aquatique),intercellulaire
chez les espèces évoluées (mode de vie
terrestre), qui émettent des suçoirs ou
haustoriums à l ’intérieur des cellules de l’hôte.
PÉRONOSPORALES
Classification : 3 familles
• Famille des Albuginacées: parasites
obligatoires des végétaux
Ex: Albugo candida : agent de la « rouille
blanche » des Brassicacées (choux, radis,
navets…)
Classification : 3 familles
• Famille des Pythiacées: saprophytes sur
débris organiques ou parasites de petits
animaux et végétaux
• Ex: Pythium baryanum : agent de la maladie de la fonte des semis
• Phytophtora faberi : parasite de nombreuses cultures tropicales
(hévéa, cacaoyer, cocotier, etc.)
• Phytophtora cambivora : agent de la maladie de « l ’encre du
châtaignier »
• Phytophtora infestans : agent du mildiou de la
pomme de terre
Classification : 3 familles
• Péronosporacées: parasites obligatoires des
végétaux. Ils se distinguent par des
conidiophores à croissance définie, en
arbuscules formés sur des stomates
Le mildiou de la vigne: Etude de cas

similar documents