Zoonoses et maladies à vecteurs animaux Philippe Léonard Michel Moutschen Zoonose   « maladie des animaux vertébrés, éventuellement transmissible à l’homme » Ne pas confondre avec les.

Report
Zoonoses et maladies à vecteurs
animaux
Philippe Léonard
Michel Moutschen
Zoonose


« maladie des animaux vertébrés, éventuellement
transmissible à l’homme »
Ne pas confondre avec les maladies à vecteurs qui
peuvent être des zoonoses (ex. maladie de Lyme)
mais pas nécessairement (ex. paludisme)
Zoonoses

Classées par « animal »
 Chat: toxoplasmose, pasteurellose, griffade de chat,
rage, …
 Chien: toxocarose, hydatidose, leishmaniose,
pasteurellose, rage, …
 Oiseaux: salmonellose, ornithose, psittacose, grippe
aviaire, …
 Chevaux: encéphalite équine, trichinose,..
 Bovins: listériose, ténia, tuberculose bovine, brucellose,
fièvre Q, charbon, …
 Moutons: brucellose, charbon, …
 Porcs: brucellose, rouget du porc, ténia, trichinose, …
 Rats: leptospirose, peste, rage, …
 ….
Zoonoses

Classées par « agent causal »
 Bactérie: brucellose, corynébactériose, charbon,
fièvre Q, leptospiroses, maladie par griffade de
chat, maladie de lyme, pasteurellose, ornithose,
psittacose, rouget, tétanos, tularémie, …
 Virus: chorioméningite lymphocytaire, dengue,
Ebola, Fièvre Crimée-Congo, Fièvre jaune,
Hantavirose, grippe, Marburg, Rage, …
 Parasite: leishmaniose, maladie du sommeil,
schistosomiase, toxoplasmose, trichinellose, …
 Mycose: coccidioïdose, …
 Prion: Creutzfeld-Jacob
Zoonoses

Critères de définition
 Réservoir animal
 Transmission à l ’homme:
 par contact direct
 par des produits d ’origine animale
 par un vecteur
 Syndrome infectieux spécifique
Zoonoses


Un problème de zoonose doit être évoqué:
 en cas de contact d ’un individu avec un animal malade
 une personne malade a eu des contacts avec des animaux ou leurs
produits
 plusieurs cas de zoonose sont identifiés
 enquête épidémiologique
 mesures préventives
sujets à risque accru
 travailleurs agricoles
 immunodéprimés, splénectomisés
 embryon et foetus
Zoonoses de chez nous
Lyme
 Echinococcose alvéolaire
 Griffade de chat
 Pasteurellose
 Hantavirose
 Leptospirose
…

Lyme
Lyme
Lyme

Borrelia burgdorferi
 Spirochète
 Ixodes (larves souvent inapercues)
 5 à 10% parasitées chez nous
 durée d ’accrochage de la tique ( 24 h. )
 Mulots, campagnols, cervidés, oiseaux…
 Animaux domestiques
 Diversité antigénique, 3 groupes génomiques
(B. b, B. garinii, B. afzelii)
 Cosmopolite, par foyers
Borrelia burgdorferi
Lyme
Lyme
Lyme

Stade 1 (précoce localisé)
 Dans le mois qui suit la morsure
 érythème chronique migrant (90% des
patients)
 parfois symptômes non spécifiques
(fièvre, myalgies, adénopathies locorégionales)
Lyme

Stade 2 (précoce, de dissémination)
 Qq jours à quelques mois après la morsure
 ECM multiple
 Symptômes cardiaques
 Symptômes neurologiques
 Arthrites

Stade 3 (tardif, > 8 S, svt plusieurs années),
chronique: acrodermite chronique atrophiante,
neurologique ou articulaire
Lyme
Lyme
Incubation 3 – 30 j
Disparaît en 3 – 4 S
Non présent chez 5 à 20%
Signes généraux chez 50%
Lyme

Lymphocytome cutané bénin
Lyme

Acrodermite chronique atrophiante
 Même région qu’ECM
 Tardif, parfois 10 ans après
 Erythème infiltré, en nappes
 Régression infiltration
 Atrophie cutanée, veines apparentes
 Sclérose cutanée
Lyme
Lyme

Arthrites
 30 à 180 j après inoculation
 Chez 10% des patients (60% aux USA)
 Oligoarthrite intermittente asymétrique
 Genoux
 Parfois polyarticulaire
 Quelques semaines à qq mois
 Généralement par poussées
 Chronique chez 10%
Lyme


Neuroborréliose précoce (stade 1 & 2)
 Méningisme (stade 1)
 Méningite lymphocytaire
 Atteinte nerfs crâniens
 Radiculonévrite
 Névrite optique
 Myélite
 Encéphalite
Neuroborréliose tardive (stade 3, après +ieurs mois à
années)
 Polyneuropathie axonale chronique
 Encéphalomyélite: paraparésie spastique, neuropathie
crânienne, myélite transverse, atteinte fonctions
cognitives
 Accidents ischémiques
Lyme

Atteintes cardiaques
 Chez 4 à 8%
 Plusieurs semaines après ECM
 Durée 3 à 6 S
BAV
 Myopéricadite


Cardiomyopathie dilatée chronique
Lyme

Diagnostic: sérologie?
 Ig M: 2 à 4 S après début ECM, pic après 6 à 8
S, décroissance en 4 à 6 mois
 Ig G: 6 à 8 S après début maladie, ou plus
tardifs
 Sérologie peut avorter si traitement précoce
 Sérologie + chez 30 à 50% lors stade1
 Sérologie peut rester + malgré traitement, si
tardif
Lyme
Lyme




Faux positifs
 Syphillis
 Polyarthrite
 Lupus
…
Surdiagnostic …
Sérologie uniquement pour confirmer une
suspicion clinique réaliste
Confirmation: western blot (si stade1 atypique)
Lyme





Diagnostic clinique:
 Symptomatologie évocatrice
 Exposition aux tiques en zone d’endémie
Eliminer un faux + sérologique
Sérologie surtout utile pour les formes
extracutanées
(culture)
LRC: PCR, Sérologie
Lyme
 Traitement:
Recommandations établies par études
USA
 S: doxycycline, azithromycine,
amoxicilline, cefuroxime, CIII
 R: aminosides, FQ, rifampicine
 Pas d’ATB-prophylaxie

Lyme







ECM (14-21 j): amoxicilline 500 mg tid, doxycycline 100
mg bid, cefuroxime ax. 500 mg bid, azithromycine 500 mg
od (7j)
Arthrite (4 S): doxycycline 100 mg bid, amoxicilline 500
mg tid, ceftriaxone 2 g od (2S)
Arthrite récidivante: seconde cure, puis symptomatique
Neuroborréliose précoce (min 2 S): ceftriaxone 2 g od,
penicilline G …, ou doxycycline 100 – 200 mg bid
Neuroborréliose tardive (2 – 4 S): ceftriaxone ou
cefotaxime
Cardite avec BAV 1-2 : P.O
Cardite avec BAV 3: ceftriaxone 14-21 j, ± corticoides
Lyme
Echinococcose alvéolaire
Echinococcus multilocularis
Echinococcose alvéolaire
Maladie hépatique
 Métastases (10%)
 Pulmonaires
 Spléniques
 cérébrales

Echinococcose alvéolaire

Symptomatologie
 Évolution 5 à 15 ans asymptomatique
 Douleurs abdominales
 Ictère
 Cholangite
 Hypertension portale
Echinococcose alvéolaire

Diagnostic
 Hyperéosinophilie chez 10%
 Hypergammaglobulinémie chez 80%
 Ig E chez 50%
 Bilan hépatique, VS
 Imagerie médicale
 Sérologie (spécifique)
Echinococcose alvéolaire


Traitement
 Chirurgie
 Transplantation …
 Mébendazole hautes doses (1,5 – 10 g/j)
 Albendazole (800 mg BID)
 Traitement médicamenteux plus de 10 ans: 53 à
80 % de survie à 15 ans contre 0%!
Prévention
 Eviter contact avec renards et autres hôtes
 Fruits-légumes…
 Eviter que chiens et chats se nourrissent de
rongeurs
 Praziquantel chez chiens
Griffade de chat (MGC)
MGC

Etiologie:
 BG-, petit, pléomorphe, croissance lente

Bartonella henselae
MGC
MGC: Cycle
MGC

Contamination par
 Griffade
 Morsure
 Puces

Chats, chiens
MGC: Symptomatologie
S. de Parinaud
Adénopathie
dans les 2 semaines (7 à 60 j)
Adénopathie ferme
Abcédation chez 15-50%, avec périadénite, fistulisation
« Chancre »
Dans les 3 à 10 jours
MGC

Diagnostic
 Clinique


Sérologie mauvaise sensibilité (50 – 88%) et
spécificité; VPP 65%
Biopsie ΔΔ
Granulomes nécrosants
 Coloration argentique de Warthin-Starry
 PCR

MGC

Traitement
 Utile?
 Azithromycine 500mg J1, puis 250 mg/J
4 jours
 7 à 10 jours: clarithromycine,
rifampicine, cotrimoxazole,
ciprofloxacine
 gentamycine
Pasteurellose
Pasteurella

Germes commensaux VRS et TD
mammifères (rare chez l’homme)
Morsures de chiens se surinfectent 1/5
 Morsures de chats se surinfectent > ½
 Griffades…

Pasteurella
Pasteurellose

Par inoculation
 Forme aiguë
 Incubation qq heures: caractère inflam.
 Extension dès J2, ± T°, ± ggl
 Parfois arthrite, osteite
 Sans traitement, guérison en 10 j ou
évolution vers forme subaiguë
Pasteurellose aigue par
inoculation
Pasteurellose

Forme subaiguë (par inoculation)
 Qq semaines après inoculation
 Ténosynovite ou arthrite réactionnelle
 Algodystrophie
Pasteurellose

Autres infections
 Respiratoires (VRS ou VRI): portage
oropharyngé (éleveurs),
immunodépression
 Neurologiques (méningite, abcès)
 Septicémie
 Infections abdominales
…
Pasteurellose

Diagnostic: prélèvement à l’aiguille fine des
sérosités (milieu enrichis)
 Souvent polymicrobien

Traitement: amoxi/clav

Tétanos
Hantavirose
Bunyaviridae
Hantavirus: Cycle
Spécificité d’hôte définitif.
En Belgique, foyer épidémique dans
l ’entre Sambre et Meuse
Hantavirose Ouest-Européenne


Incubation 10-25 j (max 42)
Phase fébrile et algique (10-15j)
 T°
 Douleurs
 Troubles accomodation
 Eruption morbiliforme ou purpurique
 Atteinte respiratoire chez 30% (discrète)

Phase hypotensive

Phase oligurique (néphropathie épidémique)
Phase polyurique

Hantavirose Ouest-Européenne
En Belgique: 100 cas/an
 Diagnostic
 Polynucléose
 Thrombopénie
 Insuffisance rénale
 Protéinurie


Sérologie
Hantavirose Ouest-Européenne

Traitement supportif
 Ribavirine?

Prévention?
Leptospirose
Leptospirose
Spirochètes
 Leptospira interrogans et L. biflexa: LPS
=> nombreux sérovars (ancienne
classification)
 Hybridation ADN: 12 espèces pathogènes
(nouvelle classification)

Leptospirose
Leptospirose
Régions « chaudes » et humides,
éventuellement saisonnière
 Cyclones
 France et Belgique
 Survit longtemps dans eau douce
 Certains sérovars associés au rat, chien ou
autres animaux

Leptospirose
Leptospirose
Activités à risque: planche à voile,
canyoning, rafting, sports d’eau, chasse,
pêche, ….
 Exposition professionnelle: éboueurs,
égoutiers, agriculteurs, éleveurs,
écarisseurs, …

Leptospirose
Contamination via urines, eau ou sols
souillés
 Pénétration muqueuse ou plaies (peau saine)
 Réservoir: animal

Leptospirose





Présentation clinique polymorphe
Pas de syndrome spécifique d’un sérovar mais
bien profil épidémioclinique
Incubation 5 à 14 jours (2 à 30)
Formes bénignes dans 85 à 90% des cas
 Phase septicémique 3 à 7 jours
 Brève rémission 1 à 3 jours
 Phase d’état 4 à 30 jours
Formes sévères: évolution biphasique moins nette
Leptospirose


Phase septicémique
 Brutale, AEG, frissons, fièvre, céphalées,
myalgies MI
Phase d’état
 Syndrome algique majeur (céphalées, myalgies,
troubles digestifs)
 Suffusion conjonctivale bilatérale
 Eruption
 Hépato-splénomégalie, adénopathies
 Atteinte d’organe
 Maladie hétérogène
Leptospirose
Leptospirose


Atteinte hépatique
 Ictère « flamboyant »
 altération bilan hépatique
 guérison complète
Atteinte rénale
 Cause de mortalité en pays d’endémie
 Syndrome de Weil: forme hépatorénale et
hémorragique
 Résolutive, sans séquelles
Leptospirose
Leptospirose


Atteinte neurologique
 Syndrome méningé dans 12 à 40 % des cas
 Pléiocytose LCR dans 50 à 90 % des cas
 Généralement < 500/mm³
 formule variable
 Hyperprotéinorachie
 Glycorachie normale
 Signes d’encéphalite chez 25% des patients
avec « méningite »
Atteinte oculaire
 Uvéite
Leptospirose
Atteinte cardiaque
 Myocardite
 Péricardite
 Arythmies
 Atteinte pulmonaire
 Pneumopathie isolée ou associée
 Toux hémoptoïque
 Image atypique, condensation
 Manifestations hémorragiques

Leptospirose

Diagnostic
 Clinique évocatrice: myalgies, suffusion
conjonctivale, signes méningés, surtout si
contexte épidémique
 Biologie: hyperleucocytose (PNN parfois
> à 50000), thrombopénie, anémie,
syndrome inflammatoire, CPK, altération
bilan hépatique et/ou rénal
 Sérologie
Leptospirose

Isolement de la bactérie
 Hémoculture 10 1ers jours
 LCR deuxième semaine
 Urines à partir 3 ème semaine
 Microscopie à fond noir
 (Culture?)
 (Inoculation cobaye)
 (PCR)
Leptospirose

Traitement
 Pénicilline G
 Ampicilline, amoxycilline
 Doxycycline
 Macrolides
 >= 7 jours

Réaction Jarisch-Herxheimer
Listériose
Listériose
Listeria monocytogenes
 Bacille Gram +
 Croissance 3-45° (optimale à 30-35°)
 Détruit par pasteurisation
 Germe intracellulaire facultatif
 Bactérie ubiquitaire, environnementale
 Contamination des aliments (lait, produits
laitiers, viande, charcuterie, végétaux,
crustacés, poissons, …)

Listériose
Listériose
Incubation qq jours – 2 mois
 Immunodépression
 Cancéreux
 Cirrhose
 Diabète
 Transplantation
 Grossesse
 Âges extrèmes

Listériose



Listérioses neuroméningées
 Méningite (aigue ou subaigue)
 Méningoencéphalite
 Surtout tronc cérébral (paralysie nerfs
crâniens)
 +/- S. cérébelleux, S. pyramidal, S.
extrapyramidal
 Encéphalite (microabcès)
 Abcès cérébraux
Septicémie: tableau de gastroentérite fébrile,
endocardite
Listériose maternofoetale
Listériose
Diagnostic:
 LCR: composition variable
 Cellules (qq - > 1000): panachée (3045%), lymphocytaire (25-40%), PNN
 Hypoglycorachie chez 1/3
 Protéinorachie accrue (1-3 g/L)
 Hémocultures: + dans 40-60 % des cas
 Diagnostic différentiel: méningite,
méningoencéphalite et septicémie

Listériose
Résistance aux céphalosporines !
 Aminopénicilline + gentamycine
 Triméthoprime-sulfaméthoxazole
 Vancomycine

Neuroméningée: 21 jours
 Abcès cérébral: 6 semaines
 Septicémie: 14 jours

Listériose

prévention

similar documents