Consulter la présentation de Claude Marois

Report
Les enjeux de l’agriculture à proximité des grandes villes au XXIe
siècle : le cas de la région métropolitaine de Montréal.
Claude Marois, professeur titulaire
Département de géographie
Université de Montréal
[email protected]
Claude Marois @ 2014
Les enjeux de l’agriculture périurbaine au XXIe siècle
dans la région métropolitaine de Montréal.
• Les objectifs de la présentation:
1. Les enjeux de l’agriculture périurbaine au XXIe siècle
particulièrement dans la région métropolitaine de Montréal.
2. La disponibilité réelle des terres agricoles protégées dans la RMR qui
montre que la ressource n’est pas aussi abondante qu’on le croit.
3. Montrer l’urgence de soutenir l’exploitant et la famille agricole
souvent pris entre l’arbre et l’écorce.
4. Terminer par une réflexion sur l’importance de reconnaître les aspects
multifonctionnels de l’agriculture périurbaine qui va au-delà de sa
fonction productive.
• Mais avant….
Claude Marois @ 2014
La mondialisation et le local (proximité):
• Le XXIe siècle: globalisation et glocalisation;
• La glocalisation: l’importance du local par rapport au global;
• L’importance des lieux, identité aux lieux, l’attachement aux lieux;
• De valeurs liées au développement durable, proximité ou rapprochement
avec la nature, la qualité de vie, le rapprochement du rural et de l’urbain:
• Et autres.
Claude Marois @ 2014
Selon Jeremy Rifkin: essayiste américain et spécialiste de prospective.
«La Troisième révolution industrielle.»
Claude Marois @ 2014
Quelques faits saillants sur le territoire agricole de la communauté métropolitaine
de Montréal : Source: CMM,
http://cmm.qc.ca/fileadmin/user_upload/periodique/PortraitStatAgricole_GrandM
ontreal.pdf
•
•
•
•
•
En 2010, la zone agricole couvrait une superficie de 220 520 hectares, soit 58 % de la
superficie terrestre de la CMM: superficie brute!!!!!
Les activités agricoles ont généré, en 2009, plus de 524 M$ de revenus, dont 75 %
provenaient des productions végétales;
1 796 exploitations agricoles étaient présentes sur le territoire de la CMM et occupaient
69 % de la zone agricole;
Le nombre d’exploitations agricoles sur le territoire de la CMM a chuté de 8 % entre
2004 et 2010.
La superficie moyenne des exploitations était de 84 hectares en 2010 alors qu’elle était
de 120 hectares dans le reste du Québec.
Claude Marois @ 2014
http://cmm.qc.ca/fileadmin/user_upload/periodique/PortraitStatAgricole_GrandMontreal.pdf
•
•
•
•
La superficie moyenne des exploitations était de 84 hectares en 2010 alors qu’elle était
de 120 hectares dans le reste du Québec.
Le taux de location, soit la proportion de la superficie agricole exploitée qui est en
location, était plus élevé sur le territoire de la CMM (50 %) qu’ailleurs au Québec (31
%).
Le nombre d’exploitations ayant une production végétale comme activité principale est
resté stable entre 2004 et 2010 mais…. une baisse marquée du nombre
d’exploitations dans les secteurs des légumes, des cultures abritées et de
l’horticulture ornementale, de même qu’une hausse du nombre d’exploitations
déclarant les cultures fourragères et les céréales et protéagineux comme activité
principale.
De 2004 à 2010, les superficies occupées par la culture des légumes ont diminué de 25
% sur le territoire de la CMM, alors qu’elles ont légèrement augmenté dans le reste du
Québec.
Claude Marois @ 2014
http://cmm.qc.ca/fileadmin/user_upload/periodique/PortraitStatAgricole_GrandMontreal.pdf
• La proportion des exploitations ayant un kiosque de vente à la ferme : 19 % d’entre
elles en possédant un par rapport à 8 % pour les exploitations québécoises situées
hors CMM.
• Les proportions des exploitations offrant des activités d’agrotourisme,
d’autocueillette, ou vendant leur production en marché public sont aussi plus
élevées sur le territoire de la CMM qu’ailleurs au Québec.
• Le revenu moyen des exploitations agricoles de la CMM a progressé de 35% entre
2003 et 2009, mais celui-ci est de 8 % inférieur au revenu moyen des exploitations
situées à l’extérieur de la CMM.
• La valeur moyenne des terres agricoles transigées dans les MRC de la CMM a
augmenté de façon importante au cours des dernières années, passant de 4 249 $ à
l’hectare pour la période 1996-1997, à 13 125 $ à l’hectare pour la période
2010-2011.
Claude Marois @ 2014
Claude Marois @ 2014
Claude Marois @ 2014
Superficie totale de la zone agricole dans le Grand Montréal, 2011
Claude Marois @ 2014
Source: Perspective Grand Montréal, no 18, avril 2012.
http://observatoire.cmm.qc.ca
Pourcentage du territoire en zone agricole dans le Grand Montréal, 2011
Claude Marois @ 2014
Source: Perspective Grand Montréal, no 18, avril 2012.
http://observatoire.cmm.qc.ca
Superficie incluse de la zone agricole dans le Grand Montréal depuis la révision, 2011
Claude Marois @ 2014
Source: Perspective Grand Montréal, no 18, avril 2012.
http://observatoire.cmm.qc.ca
Superficie exclue de la zone agricole dans le Grand Montréal depuis la révision, 2011
Claude Marois @ 2014
Source: Perspective Grand Montréal, no 18, avril 2012.
http://observatoire.cmm.qc.ca
Superficie gagnée ou perdue de la zone agricole dans le Grand Montréal
depuis la révision, 2011
Claude Marois @ 2014
Source: Perspective Grand Montréal, no 18, avril 2012.
http://observatoire.cmm.qc.ca
Claude Marois @ 2014
Soustraire les emprises et les infrastructures:
Ligne de transmission électrique emprise de 100mètres ;
Voie ferré emprise 100 mètres;
Route CMM zone verte: différentes emprises:
- Emprise route de classe 1 (autoroutes)
- Emprise route de classe 2 (routes, boulevards)
- Emprise route de classe 3 (rues, avenues)
- Emprise route de classe 4 (chemins , rangs)
Réseau hydrographique emprise 6 mètres ;
Emprise aires protégées ;
Etc..
Claude Marois @ 2014
Claude Marois @ 2014
Claude Marois @ 2014
Superficie brute de la zone verte, CMM
Claude Marois @ 2014
Superficie nette de la zone verte, CMM
Claude Marois @ 2014
Transformations profondes dans l’espace métropolitain :
• Les Montréalais résident majoritairement dans les banlieues et au delà;
• Des croissances démographiques modérés à l’échelle métropolitaine mais…
l’étalement urbain se poursuit bon an mal an : les pressions urbaines continuent à se
faire sentir de plus en plus loin de la ville centre.
• Le processus de suburbanisation demeure toujours important.
• Croissance de la consommation de l’espace plus importante que la croissance
démographique;
• Croissance des municipalités à la périphérie métropolitaine – preuve d’un étalement
urbain
• Tentative de concentrer le développement dans les TOD : «Transit Oriented
Development»;
Claude Marois @ 2014
Les espaces métropolitains et la périphérie :
- Ce sont des espaces qui subissent des transformations continues que ce soient
dans la ville centrale, les proches banlieues, les banlieues plus lointaines et
les espaces périurbaines coinçées entre les activités agricoles et les activités
urbaines.
- Plusieurs processus - l’urbanisation, la suburbanisation, la contreurbanisation et la ré-urbanisation.
- Plusieurs facteurs sont en cause :
- démographique ( par exemple migrations de jeunes ménages vers la banlieue,
immigration dans les quartiers centraux ) ,
- socio-économique ( appauvrissement de la population dans les quartiers
centraux, revenus plus élevés dans les banlieues etc.) ,
- culturel ( concentration multiethnique dans les quartiers de la ville centrale
etc.) ,
- économique ( délocalisation ou relocalisation industrielle et manufacturière
etc.)et politique (représentation électorale etc.).
- Mais aussi les banlieues changent…
Claude Marois @ 2014
Claude Marois @ 2014
Claude Marois @ 2014
Source : CMM
Claude Marois @ 2014
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Nom de SDR
Pop. 2011
Pop.2006 Var. en %
Montréal
1 649 519
1 620 693
1,8
Laval
401 553
368 709
8,9
Longueuil
231 409
229 330
0,9
Blainville
53 510
46 493
15,1
Mascouche
42 491
33 764
25,8
Mirabel
41 957
34 626
21,2
Vaudreuil-Dorion
33 305
25 789
29,1
Chambly
25 571
22 608
13,1
L'Assomption
20 065
16 723
20,0
Candiac
19 876
5 947
24,6
Sainte-Marthe-sur-le-Lac
5 689
11 311
38,7
Pincourt
14 305
11 197
27,8
Saint-Colomban
13 080
10 136
29,0
Saint-Amable
10 870
8 398
29,4
Saint-Zotique
6 773
5 251
29,0
Saint-Joseph-du-Lac
6 195
4 958
24,9
L'Épiphanie
5 353
4 606
16,2
Les Coteaux
4 568
3 764
21,4
Oka
3 969
3 300
20,3
Claude Marois @ 2014
Source: Le PMAD
http://pmad.ca/fileadmin/user_upload/pmad2011/documentation/20110428_projetPMAD_complet.pdf
Claude Marois @ 2014
Source: Le PMAD
http://pmad.ca/fileadmin/user_upload/pmad2011/documentation/20110428_projetPMA
D_complet.pdf
Claude Marois @ 2014
La région métropolitaine de Montréal
• En 2011, la population de la région métropolitaine de recensement
(RMR) de Montréal s'établissait à 3 824 221 personnes, représentant
une variation en pourcentage de 5,2 % par rapport à 2006;
• En comparaison, la croissance nationale était de 5,9 % et la croissance
moyenne de toutes les RMR était de 7,4 %.
• Dans la RMR de Montréal, la superficie des terres s'élève à 4 258,31
kilomètres carrés, et la densité de population est de 898,1 personnes
au kilomètre carré.
Claude Marois @ 2014
Fonctions de l’agriculture : multifonctionnalité de l’agriculture.
• Productives et non-productives – contribuant au fonctionnement
des systèmes agricoles.
• économique : productive.
• culturelle et symbolique : culture alimentaire, les paysages reflet des
valeurs de société (rapport des sociétés à la nature)
• ludique :
• touristique :
• sociale : emplois, maintien du tissu social, accès à alimentation saine;
• environnemental : enjeux concernant la préservation de la ressource,
l’environnement physique et biologique;
Claude Marois @ 2014
Les espaces agricoles autour des villes:
A. Espace compris entre les banlieues et les espaces ruraux : un lieu où les
activités urbaines et rurales se rencontrent;
Un lieu de cohabitation ou de confrontation entre ces activités;
Un espace complexe : un espace de tensions, d’enjeux économiques, sociaux
et politiques;
B. Structure agricole diversifiée : différents types d’exploitations ;
Subit des effets négatifs comme l’étalement urbain;
Peu profiter aussi d’effets positifs :
influence et proximité du marché urbain,
demande urbaine pour les produits frais,
possibilités de ventes directes,
demandes de services spécifiques ( par exemple ,pension de chevaux),
agriculture hétérogène ( intensité de la production, terres en location,
exploitations à temps partiel etc.)
Claude Marois @ 2014
Fonctions de l’agriculture :
• Fonction économique : un espace d’activités économiques (
agriculture, industrie, commerces, services) avec des emplois
agricoles et non-agricoles;
• Fonction résidentielle: à la fois un espace résidentiel et une
réserve foncière en attente d’urbanisation ( concurrence pour
l’utilisation du sol);
• Fonction de loisirs, de récréation, d’éducation : gîtes,
fermes/gîtes ruraux, tables champêtres, restaurants.
• Fonction de socialisation ( p.ex. fonction de ré-insertion social)
et un lieu idenditaire :
• Fonction environnementale: réserves d’espaces naturels,
préservation de paysages patrimoniaux ;
Claude Marois @ 2014
• Contrer l’étalement urbain :
• L’agriculture périurbaine:
reflet d’une société préoccupée par le bio-alimentaire
Le XXIe siècle - l’agriculture – les enjeux sont présents partout!
La multifonctionnalité de l’AP.
• Protection des terres agricoles :
Une nécessité plus que jamais.
Claude Marois @ 2014
Prise en compte du vécu de l’exploitant agricole et de la
famille agricole.
• Plusieurs questions se posent et méritent une attention particulière.
• Principalement, elles concernent autant le statut véritable de
l’agriculteur et celui de son exploitation,
• Il y a un ensemble «d’inconnus» qui méritent d’être étudié et analysé
afin de dresser un portrait réaliste et précis de l’agriculture
périurbaine.
• L’exploitant agricole: au centre de la dynamique et des changements;
Claude Marois @ 2014
• Mais qui est l’exploitant agricole et la famille agricole près des
villes :
• Qui est-il?
• Quel est son vécu son perçu?
• Comment il voit sa situation d’agriculteur en ce début de XXIe siècle?
• Comment il voit son avenir et celle de l’agriculture dans sa région?
…et les solutions?
Claude Marois @ 2014
• Agriculture périurbaine : une agriculture de proximité ?
• Une agriculture de circuits-courts mais…«se rapprocher» du
consommateur.
• Des choix à faire: rapprocher les exploitants agricoles des
consommateurs!
• Question: qui sont ces consommateurs ?
• Quelle est leur temporalité? Temporalité différente la temporalité de
l’agriculteur.
• Merci pour votre invitation.
Claude Marois @ 2014

similar documents