Soigner un médecin malade : quelles spécificités ?

Report
Soigner un médecin malade :
quelles spécificités ?
Eric GALAM
Sandra Bonneaudeau
Madeleine Lhote
Département de Médecine Générale Paris-Diderot
6ème Congrès de la Médecine Générale de France Nice 25 juin 2012
[email protected]
Eric Galam DMG Paris diderot
[email protected]
1
Pourquoi c’est important ?
• Les médecins sont précieux : capital
« médecin »
• Tensions démographiques
• Burnout
• Rapport CNOM médecin malade
• Thèses quantitatives
• Témoignages
Eric Galam DMG Paris diderot
[email protected]
2
Deux thèses jumelles d’excellence (2010)
DMG Paris Diderot
• Sandra Bonneaudeau :
13 MG ayant eu un contact personnel avec la
maladie
• Madeleine Lhote :
20 médecins ayant été amenés à soigner un
confrère : 4 MG et 16 spécialistes; 15
hospitaliers et 5 médecins de ville
• Codages communs
Eric Galam DMG Paris diderot
[email protected]
3
Les médecins « malades »
• Retard de prise en charge ou déni des
symptômes
• Auto prescription d’examens complémentaires
• « Me positionner comme malade c’est à
vomir », « Etre malade quand on est médecin
c’est impensable, il y a quand même 2 cotés à
un bureau et c’est l’autre qui est malade »
Eric Galam DMG Paris diderot
[email protected]
4
• Familier des maladies, traitements et réseaux
• Changement radical de rôle et de statut
• Manque d’objectivité : J’ai pas de stéthoscope
assez long pour m’ausculter le dos moi-même
• Interaction modifiée ou absente
• Les certitudes ça rend tout puissant et la
maladie ça apprend qu’on est quelqu’un
comme les autres et c’est très bien comme ça
Eric Galam DMG Paris diderot
[email protected]
5
Le dire ou pas ? Continuer ou pas ?
• Je crois qu’il vaut mieux être patient et ne pas
savoir
• Le sentiment que j’ai eu est un sentiment de
malade et vraiment pas de médecin
• Je suis retourné bosser avec le plâtre
• Une urgence quasiment plus urgente que celle
de se faire soigner
• J’ai laissé tomber mes idéologies
Eric Galam DMG Paris diderot
[email protected]
6
Et pour les soignants de soignants ?
Faire comme si
• actif ou retraité (n=9),
clinicien ou non (6),
généraliste ou spécialiste (3)
pathologie ayant trait à sa spécialité (5)
j’ai eu du mal à l’examiner, je n’arrêtais pas de
me dire qu’il en savait plus que moi
• principalement les circuits habituels (14)
• Majorité durée identique
• Faire payer ou pas
Eric Galam DMG Paris diderot
[email protected]
7
Des patients comme les autres ?
• Ce n’est pas parce qu’ils sont docteurs qu’ils n’ont pas
les mêmes symptômes, les mêmes maladies, les mêmes
angoisses
• Un patient sachant et pouvant
• Difficultés à lâcher prise
• Un confrère c’est quelqu’un qui nous ressemble, dont
on est plus proches, donc quelque part ça nous touche
plus
• Il s’attend à ce qu’on ait un regard particulier, et ça je le
comprend, et je leur offre facilement ça
• Importance de définir les rôles
Eric Galam DMG Paris diderot
[email protected]
8
Spécificités et difficultés
• je me sens suffisamment distant mais également
proche de mon patient
• il faut étouffer dans l’œuf toutes les tentatives du
malade d’intervenir dans le traitement
• d’avoir un médecin en face de soi, on se sent jugé
• la relation est plus dure... plutôt tendance à
rigidifier les choses
Eric Galam DMG Paris diderot
[email protected]
9
Difficultés et pièges
•
•
•
•
Un savoir aveuglant et un mensonge impossible
Du bricolage au dépannage
De la proximité à la connivence et à la confusion
Deux tentations institutionnelles :
Croire que c’est un problème individuel
Croire que ça va bien finir par s’arranger
Eric Galam DMG Paris diderot
[email protected]
10
Nécessités et ressources
• prendre conscience de ses propres limites,
s’autoriser à déléguer (4)
• cadrer d’emblée la relation et poser
clairement les statuts (8)
• pouvoir bénéficier d’une supervision régulière
• travailler en équipe ou réseaux de soin (7)
• Se former
Eric Galam DMG Paris diderot
[email protected]
11
Forces et faiblesses de ce travail
•
•
•
•
•
•
Burnout exclu
Biais de recrutement
Biais déclaratif
Implication des chercheurs
Méthode qualitative
Places du Médecin traitant, de la médecine du
travail, de l’auto-prescription ?
• Travail en miroir dans les entretiens et dans la
méthode
• Triple codage
Eric Galam DMG Paris diderot
[email protected]
12
Synthèses en miroir
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Position : familiarité et identification réciproques
Dynamiques : nostalgies et inquiétudes
Fonctionnement accéléré
Tentations de cacher l’info ou de l’oublier
Entre liberté et contraintes
Entre désir d’accueillir et de maîtriser
Difficultés d’incarner et d’assumer
Jugements réciproques
Délicatesse : tact et lâcher-prise
Eric Galam DMG Paris diderot
[email protected]
13
Recommandations
• Le médecin malade est un malade
• Le soignant de médecin malade est un soignant
• Ils sont partenaires pour des soins optimaux
dans l’intérêt du patient et la sérénité du
soignant
• Motivations individuelles et institutionnelles à
soigner les médecins malades
• Sensibiliser les soignants à la fragilité et à la
possibilité de l’aide
Eric Galam DMG Paris diderot
[email protected]
14
• Prenez soin de vous
• « Demander de l’aide, c’est fort »
(Anne Magnan Directrice du PAMQ : programme Aide
Médecins du québec)
• Merci !
Eric Galam DMG Paris diderot
[email protected]
15

similar documents