chapitre 1 geologie

Report
GEOLOGIE : le domaine
continentale et sa dynamique.
CHAPITRE 1 : les caractéristiques
du domaine continentale
Deux TP : * TP 1 : reliefs et mouvements
verticaux des continents.
* TP 2 : l’ âge de la croute
continentale.
Introdution
• Réalise un schéma représentant une coupe de
la terre à la jonction entre un océan et un
continent.
I/ Les différences d’altitude moyenne
entre les continents et les océans
Problème : comment expliquer les
différences d’altitudes entre les
continents et les océans ?
• TP 1 : reliefs et mouvements verticaux des
continents.
* Correction TP :
MODELE PRATT
MODELE AIRY
Le CC est plus épaisse (30 km) que la croûte océanique
(6 km)
Il y a un déficit
de masse sous
les chaînes de
montagne
• Bilan : La lithosphère (croûte + manteau lithosphérique)
est en équilibre sur l’asthénosphère.
• On appelle ce phénomène l’isostasie.
• La croûte continentale a des altitudes plus élevées que
la croûte océanique.
• Cela s’explique par des différences crustales qui
entraînent des équilibres isostatiques différents :
• - La croûte océanique (basalte + gabbro) est plus dense
(environ 2,8-3) que la croûte continentale (2,6 à 2,7) qui
est principalement formée de granite.
• - La croûte continentale est plus épaisse (30 km en
moyenne) que la croûte océanique (6 km).
• Au relief positif qu’est la chaîne de montagne répond en
profondeur une importante racine crustale (50km).
II/ Une différence d’âge entre les
croûtes océaniques et continentales
• TP 2 : L’ âge de la croute continentale.
• Correction tp
Bilan :
Certains éléments chimiques sont instables, et se
désintègrent en éléments plus stables tout en émettant
un rayonnement appelé rayonnement radioactif.
La désintégration de ces éléments, appelés éléments
radioactifs, suit une loi appelée loi de décroissance
radioactive.
La radiochronologie des roches est une méthode
permettant de dater les roches en utilisant la
décroissance radioactive naturelle de certains éléments
chimiques présents dans les minéraux qui constituent
ces roches.
La méthode de datation rubidium/strontium
Le rubidium 87 (87Rb) est un élément radioactif qui se désintègre
en strontium 87 (87Sr).
Il existe 2 isotopes stables du strontium, le 87Sr et le 86Sr.
Le rapport 87Sr/86Sr est identique dans tous les minéraux au
cours de leur formation.
Mais chaque minéral contient une quantité différente de 87Rb (et
donc un rapport 87Rb/86Sr différent) au moment de la formation
d’une roche.
On peut mesurer ces rapports dans chaque minéral et présenter
ces résultats sous forme d’un graphique 87Sr/86Sr en fonction de
87Rb/86Sr.
On obtient une droite appelée droite isochrone car chaque point
de cette droite correspond à un minéral qui a le même âge que
tous les autres minéraux de cette droite.
Le 87Rb se désintégrant en 87Sr, le rapport 87Rb/86Sr
diminue au profit du rapport 87Sr/86Sr.
Ainsi, plus le temps passe, plus la pente de la droite
augmente, c’est-à-dire plus son coefficient directeur
augmente.
En calculant ce coefficient directeur, on peut ensuite
calculer l’âge de la cristallisation de la roche.
Ainsi, l’âge de la croûte océanique n’excède pas
200Ma, alors que la croûte continentale date par
endroit de plus de 4 Ga.

similar documents