Forum Diaspora for Growth Paris, le 22 juin 2013 LES FACTEURS

Report
Forum Diaspora for Growth
Paris, le 22 juin 2013
LES FACTEURS CLES DE SUCCES DU
RETOUR DE LA DIASPORA
Par Dr KOUAKOU Auguste K.
CIRES, UFRSEG, Université Félix Houphouet Boigny de Cocody
Email : [email protected]
PLAN DE LA PRÉSENTATION
1.
2.
3.
4.
Contexte
Brève revue de littérature
Perspectives économique sud pays
Diaspora et développement
a) Transferts de compétence et de connaissance
b) Transferts de ressources
5. Facteurs clés de succès des initiatives de retour
a) Du point de vu des ivoiriens de l’extérieur
b) Du point de vu du gouvernement
6. Conclusion et recommandations
1. Contexte
• Cette étude traite de la contribution de la diaspora
au développement de la Côte d’Ivoire.
• + 215 millions de migrants (OIM, BM 2011) soit 3 %
de la population mondiale.
• Transferts de ressources: + 440 milliards USD
(2010),
o soit 27% du PIB des PVD.
o 325 milliards USD soit 74% sont allés vers les PVD
o En 2009, les envois de fonds déclarés étaient trois
fois supérieurs au montant de APD et quasiment
aussi importants que les flux d’IDE.
1. Contexte (suite)
• la mobilisation des investissements tant nationaux
qu’étrangers est une source de financement pour
atteindre les objectifs: émergent à l’horizon 2020.
• Pourquoi l’investissement de la diaspora est-elle
souhaitable?
o la responsabilité sociale de la diaspora ivoirienne
2. Brève revue de littérature
• Au plan théorique, la migration et les transferts
subséquents ont des effets sur le pays d’origine:
o Effets négatifs: réduction de la force de travail,
baisse de la production ainsi que de la production
marginale des facteurs.
o Effets positifs: si les individus transfèrent des
montants substantiels vers le pays d’origine et si
ceux-ci excèdent la perte de revenu due à la
contrainte imposée à l’économie du fait du
départ d’une partie de la force de travail.
o On peut y voir un principe de compensation à la
Kaldor-Hicks
2. Brève revue de littérature (suite)
• L’efficacité des transferts est aussi liée au statut du
migrant, à la stimulation de la migration de retour,
au transfert de compétence et de connaissance
• Les transferts de ressources ont aussi tendance à
s’accroitre en période de difficultés économiques et
à se réduire lorsque celles-ci s’estompent
(Bodvarsson, 2009). Ceci dénote d’un effet contracyclique sur la conjoncture économique que les
individus rencontrent de façon ponctuelle.
2. Brève revue de littérature (suite)
• Au plan théorique, la migration et les transferts
subséquents ont des effets sur le pays d’origine:
o Effets négatifs: réduction de la force de travail,
baisse de la production ainsi que de la production
marginale des facteurs.
o Effets positifs: si les individus transfèrent des
montants substantiels vers le pays d’origine et si
ceux-ci excèdent la perte de revenu due à la
contrainte imposée à l’économie du fait du
départ d’une partie de la force de travail.
o On peut y voir un principe de compensation à la
Kaldor-Hicks
3. Perspectives économiques du pays
• Au plan macroéconomique
Intitulé
PIB (milliards FCFA)
PIB par hbts (en milliards)
Taux de croissance réel
Secteur Primaire
Secteur Secondaire
Secteur Tertiaire
Secteur non marchand
2012
Réalisations
12 600
1077,7
9,8%
2,3%
19,2%
13,5%
3,9%
2013
Projections
14 070
1 205,2
9%
2%
16,4%
12,4%
3,2%
3. Perspectives économiques du pays (suite)
• Au plan social
Divers Indicateurs clés
Taux de croissance démographique
Taux net d'activité des 15-59 ans
Population estimée en milliers d'hbts
Taux (années)
3,3% (1998)
80,1% (2008)
23 202 (2012)
4. Diaspora et développement: compétence
• Transferts de compétences et de connaissance
Expertise
Esprit d’entreprise
Réseau professionnel
Recherche et innovation
Transfert de technologie
4. Diaspora et développement: ressource
• Transferts reçus en 2011: 373 millions USD, soit 3,8%
du PIB.
• IDE: 344 millions USD soit 3,0% du PIB.
• Les flux de transfert entrants représente en moyenne
5% du solde commercial de la Côte d’Ivoire.
o Accroissement des réserves de change,
o Attraction de capitaux étrangers
o Réduction de la réduction de la pauvreté.
o Effet multiplicateur sur l’économie.
o Altruisme et la philanthropie.
4. Diaspora et développement: ressource
Graphique 2 : Transferts reçus en proportion du PIB
de pays de la CEDEAO en 2011 (USD)
Togo
20.02%
Sierra Leone
6.24%
Senegal
20.67%
Nigeria
22.42%
Niger
4.72%
Mali
10.96%
Guinee-Bissau
Guinee
Ghana
15.76%
1.94%
1.51%
Gambie
Côte d'Ivoire
8.30%
3.38%
Cap Vert
Burkina Faso
Benin
0.00%
17.45%
2.88%
5.15%
5.00%
10.00%
15.00%
20.00%
25.00%
4. Diaspora et développement: ressource (suite)
• Le constat est que les ressources transférées vers la
Côte d’Ivoire servent majoritairement à
l’investissement dans le capital humain, aux dépenses
de consommation et d’altruisme.
• A titre de comparaison, on peut notre qu’au Maroc, le
secteur qui est le plus sollicité c’est celui de la
construction de logement (51%), contribuant ainsi à
l’urbanisation du pays (Chaabita, 2007).
5. Facteurs clés de succès des initiatives de retour
 Du point de vue de la diaspora
• Une meilleure connaissance de marché national,
développement d’un marché ;
o les entrepreneurs de la diaspora ont une
responsabilité sociale unique et irrésistible vers
leur pays d'origine.
o Etre intéressé dans le développement durable sur
le continent.
• Nouer des partenariats stratégiques,
5. Facteurs clés de succès des initiatives de retour (suite)
 Du point de vue de la diaspora
• Se doter de patience,
• mais avoir un engagement fort sur le long terme
o Incitation à créer un cadre associatif en faveur
des investissements
• En outre, les entrepreneurs de la diaspora doivent
être prêts à travailler sur le terrain pour obtenir des
résultats d'entreprises prospères.
5. Facteurs clés de succès des initiatives de retour (suite)
 Du point de vue du gouvernement
• Amélioration du Climat des affaires (DB, CI, .
• Mesures permettant une meilleure connaissance de
la diaspora.
• Développement d’instruments financiers pour faire
appel à la diaspora (obligations, etc.).
Au total, c’est un partenariat dynamique et constructif pour le développement qui
être mis en place entre les autorités publiques et la diaspora ivoirienne.
5. Facteurs clés de succès des initiatives de retour (suite)
Pays
Expérience
Côte d’Ivoire, Sierra Léone, Burundi, Ministère
Comores, Ghana, Maroc, etc.
Organisation et programmes (Tunisie,
Nigéria, etc.
Corée du sud
Vision nationale
Inde, Ethiopie, etc.
Emission d’obligations, « India
millenium deposit »
Banque Mondiale, UE, BAD, MIDA
Projet et programme
Un projet-pilote de la Banque
mondiale, a essayé de mobiliser les
physiciens et praticiens de la santé de
la diaspora éthiopienne au profit de
l‟Université d‟Addis Abéba, Ghana,
etc.
6. Conclusion et recommandations
• Inversion de la tendance migratoire.
• Ce rapport ouvre de nombreuses possibilités en
matière de stratégie et d’actions incitatives pour
mettre des canaux de transmission à la disposition des
réseaux de migrants.
• Des actions conjointes à mettre en œuvre
 autorités publiques (environnement) et
 les réseaux associatifs.
• Les « entrepreneurs de la diaspora », un vrai potentiel
porteurs de projets innovants, structurants.
• Les perspectives de croissance et la stabilité politique.
Forum Diaspora for Growth
Paris, le 22 juin 2013
Dr KOUAKOU Auguste K.
Économiste, enseignant-chercheur
CIRES, UFRSEG, Université Félix Houphouet Boigny de Cocody
Email : [email protected]
Domaine de recherche: Migration, transferts de ressources, économie des réseaux
Directeur du Master 2 professionnelle en Régulation économique et gestion des projets
d’infrastructure

similar documents