La variation comme fondement de l`exercice communautaire 1

Report
LA VARIATION
COMME
FONDEMENT DE
L’EXERCICE
COMMUNAUTAIRE
1- Variations et
changements
linguistiques
La variation linguistique,
découverte fondamentale de
la sociolinguistique, est un
phénomène qui a fait l'objet
de plusieurs réflexions, tant
au niveau épistémologique
qu'au niveau plus spécifique
appliqué à des langues bien
précises.
Elle se présente en fait comme
l'influence du social dans le jeu
linguistique, prenant en compte tous
les paramètres pouvant créer les
variétés d'usage dans la langue.
Toutefois, cette considération est née
d'une problématique plus grande et
préoccupante
pour
les
sociolinguistes : d'où proviennent les
variations ? Celles-ci sont-elles dues à
l'influence du social ou aux
méconnaissances
des
règles
grammaticales ? Ceci étant, il
convient d'évoquer la genèse de la
question avant d'en dégager les
fondements théoriques.
Partant du principe qu’« il n’est
pas de langue que ses locuteurs
ne manient sous des formes
diversifiées
»,
les
sociolinguistes « saisissent
cette différenciation en parlant
de variétés pour désigner
différentes façons de parler, de
variation pour les phénomènes
diversifiés en synchronie, et de
changement
pour
la
dynamique en diachronie »
(Gadet 2003, p. 7).
Si certaines variations semblent a
priori indifférentes à la norme sociale
(comme, au niveau lexical, tu
m’ennuies / tu m’agaces et au niveau
syntaxique il faut que tu viennes / il
faut venir), on peut en revanche
considérer que d’autres variations
sont, selon l’expression de P. Bourdieu
(1982), classées
et
classantes.
Classées, car il existe une hiérarchie
entre les différentes formes possibles.
Classantes, car l’usage des différentes
formes possibles par un locuteur
donné, lui permet de se distinguer et
permet à son auditoire de le classer.
2- Aux origines de
la variation
linguistique.
W. LABOV, dans ses
recherches
en
sociolinguistique a dégagé un
ensemble de questionnements
auxquels il convient de prêter
l'attention dans toute étude
importante sur la variation
linguistique.
Aussi est-il nécessaire de répondre
aux questions du genre :
L'évolution
linguistique est-elle
orientée ? Quelles sont les
contraintes
universelles
qui
s'imposent
au
changement
linguistique ? Pour quelles raisons
de
nouveaux
changements
linguistiques émergent-ils ? Pourquoi
les gens ne parlent-ils pas comme ils
estiment à l'évidence qu'ils le
devraient ?(1)
(1) W. LABOV, Sociolinguistique, Paris, les éditions
de Minuit, 1976, p.232.
Cet ensemble d'interrogations
qui est un préalable à la
genèse de la sociolinguistique
nécessite qu'on en évoque de
près
les
fondements
théoriques.
3- Les fondements
de la variation
linguistique.
En revalorisant la notion de parole
mise
à
l'écart
par
les
structuralistes, W. LABOV(2) note
que le langage est soumis à toute
sorte de variation du fait qu'il est
utilisé quotidiennement par les
membres de l'ordre social, soit pour
discuter, soit pour plaisanter,…
(2) Idem
Bien avant W. LABOV, W.D.
WHITNEY soulignait déjà
que :
L'homme parle donc avant
tout non pas pour penser,
mais pour faire part de ses
pensées. Ses besoins sociaux,
son instinct social, le forcent
à s'exprimer.(3)
(3) W.D. WHITNEY, Language and the
study of language, New , New York,
Scribner's, 1901,p401
On note là le souci de celui-ci
de faire ressortir les facteurs
importants qui imposent un
changement linguistique :
notamment
la
volonté
d'exprimer la vision du
monde, les pressions sociales
pour ne citer que ceux-là, qui
ne sont en fait que des réalités
extralinguistiques.
Fort à propos, U. WEINREICH et alii, s'opposant à toute
forme d'homogénéité structurée en langue déclarent :
S'il est nécessaire qu'une langue soit structurée pour
fonctionner efficacement, comment les gens peuvent-ils
continuer à parler pendant qu'elle traverse des périodes
de moindre systématicité ? [...] Nous soutenons que la
solution de ce problème consiste à rompre
l'identification entre structure et homogénéité. La clé
d'une conception rationnelle du changement linguistique
- et, en fait, du langage lui-même - est la possibilité de
décrire une différenciation ordonnée au sein d'une
langue utilisée par une communauté.(4)
(4)
U. WEINREICH et alii, «Empirical foundation for a theory of language
change», in Lehman et Malkiel, 1968, pp.100-101
En réalité, U. WEINREICH et alii
mettent ici en exergue le phénomène
de l'hétérogénéité linguistique qu'ils
considèrent comme fondement de la
variation dans des communautés
linguistiques complexes.
Dans cette même perspective, W.
LABOV(5) approuvant la justesse
d'une telle hétérogénéité, souligne
que l'existence des variations et des
structures hétérogènes dans des
communautés linguistiques serait une
réalité bien établie.
(5) W. LABOV, 1976, p282
Ces deux précédentes remarques
font naître l'interrogation sur ce qui
serait, dans la réalité quotidienne, à
l'origine des différenciations dans la
langue. Sur ce, H. FRE(6) insiste sur
la notion de besoin comme
fondement de la variété et de la
variation des langues. En fait, celuici constate l'existence d'un certain
nombre de besoins qui, par leurs
actions sur le langage et leurs
réactions réciproques le créent et le
recréent sans cesse.
(6)
H. FREI, La Grammaire des fautes, GenèveParis, Slaktine reprints, 1982 (1ère édit, 1929).
Il en distingue de ce fait trois
critères nécessaires à la
compréhension du fondement
de ces variétés :
- un critère linguistique lié à la
nature des langues ellesmêmes
- un critère sociologique lié à
la nature des rapports sociaux
- et un critère historique lié
aux conditions dans lesquelles
les langues évoluent ou ont
évolué.
A. MARTINET(7), bien que
s'intéressant à la seule causalité
interne, reconnaît tout de même,
à la suite de H. Frei, que la
langue (institution sociale) est
un produit de la vie en société,
et n'est de ce fait pas immuable ;
elle est susceptible de changer
sous la pression des besoins
divers et sous l'influence
d'autres communautés.
(7)
A. MARTINET, Éléments de linguistique
générale, Paris, A. Colin, 1960.
Par ailleurs, A. MEILLET pour
sa part pense que la variation
linguistique est due au fait que
la société agit sur le langage.
Principalement par la manière
dont elle détermine le dosage
des besoins linguistiques.(8)
(8) A. MEILLET, Linguistique historique et
linguistique générale, 2vol. T1, Paris,
Champion, 1921, p.17
La variation
(socio)linguistique
Toutes les langues du monde sont soumises à variation,
c’est-à-dire qu’elles ne possèdent pas un ensemble unique
et stable de règles. Ces dernières varient selon différents
critères. Les locuteurs appartenant à une même
communauté linguistique n’ont pas forcément tous ni
toujours les mêmes usages linguistiques. Nous distinguons
généralement quatre grands types de variations les
concernant. La première (variation diachronique) a été
introduite par Saussure (1968) et ne relève pas
directement de la sociolinguistique, les deux suivantes
(diatopique, diastratique) ont été amenées par Flydal
(1951) repris par Coseriu, qui a notamment ajouté la
quatrième variation (diaphasique, 1966, 1973, 1988) :
a) La variation diatopique :
Que l’on appelle aussi variation
régionale. Nous nous situons sur
un axe géographique, et la langue
se répartit selon les différents
usages qui en sont fait d’une région
à une autre, autrement dit les
régionalismes qui sont faits au sein
d’une même langue. Gadet (1997)
propose quelques exemples de
régionalismes pour le cas du
français. On obtient ainsi ce que
l’on appelle des dialectes, des
régiolectes ou des topolectes.
Le facteur espace permet de
comprendre
que
non
seulement on ne parle pas
partout sur un territoire donné
de la même façon mais que
chaque lieu porteur d’identité
peut produire les mêmes
types d’effets (les quartiers de
ville par exemple)
La variation diastratique
( Groupe social) :
Nous sommes ici sur un axe social,
c’est-à-dire que nous observons les
différences entre les usages que font
les locuteurs, selon les classes sociales
auxquelles ils appartiennent. Il est
alors question de sociolectes. Il est à
noter que la terminologie anglaise est
légèrement différente de la française
puisqu’elle englobe sous le terme de
dialecte à la fois les dialectes
régionaux et les sociolectes, alors que
la terminologie française n’utilise la
notion de dialecte qu’avec un point de
vue géographique (et non social).
* Le concept de sociolecte se
rattache
à celui de variation
linguistique : le sociolecte est
généralement défini comme la
variété de langue parlée par une
communauté, un groupe socioculturel ( défini par exemple en
terme de longueur de scolarité,
d’appartenance
socioprofessionnelle, de revenus) ou une
classe d’âge. Si l’anglais dialect peut
recevoir une définition géographique
ou sociale, le français distingue plus
nettement, en passant par la ntion de
lecte, le sociolecte du régiolecte.
c) La variation diaphasique :
Que l’on appelle également
variation situationnelle. Ici, ce
n’est pas la société qui est
divisée mais le locuteur qui,
selon
les
situations
de
communication dans lesquelles
il se trouvera, emploiera divers
styles ou registres de la même
langue.
La variation diachronique :
Nous nous plaçons sur un axe
temporel, puisqu’il s’agit ici du
changement de la langue selon les
époques qu’elle traverse. Toutes les
langues évoluent et voient naître de
façon brutale ou imperceptible
certains changements qu’ils soient
phonétiques,
morphosyntaxiques,
lexicaux ou sémantiques par exemple.
Le facteur temps renvoie à des
situations connues et récurrentes où
un locuteur dit âgé ou dit jeune va
percevoir que l’autre ne parle pas
comme lui
La variation diagénique
Le facteur genre (sexe) renvoie à
une réalité sociale facilement
observable : les femmes ont une
latitude d’usage moins étendue
que les hommes (songeons par
exemple aux jugements sociaux
attribués à une jeune femme
exprimant publiquement sa colère
par des grossièretés et ceux
attribués à un jeune homme dans
une situation similaire).
« Partant du constat que les langues changent ou ne sont
jamais toujours exactement les mêmes dans leurs usages,
il faut reconnaître l’existence de variétés linguistique : coexistent des formes différentes de ce que les locuteurs
vont identifier comme leur(s) langue(s) pour exprimer
tantôt consciemment, tantôt délibérément non seulement
des signifiés, des sens identiques mais encore leur propre
identité, la nature du lien social, le type d’interaction. Les
différentes réalisations de ces variétés sont évidemment
liées au changement linguistique dont elles sont l’un des
aspects dynamiques : elles sont l’ancrage synchronique du
changement linguistique propre à un pluri-code qui dès
lors varie dans ses diverses réalisations ».

similar documents