Comprendre les opportunités et les différences régionales * Une

Report
Le nouvel environnement
d’affaires en Afrique du Nord
Comprendre les opportunités et les
différences régionales,
Algérie et Maroc
La région en chiffres
MAROC
ALGÉRIE
LIBYE
PIB nominal
99,62 milliards USD
206,10 milliards USD
59,32 milliards USD
Population
32,74 millions
36,3 millions
5,95 millions
Superficie
652,090 Km2
2, 381,741 Km2
1, 759,540 Km2
Âge médian
25,0
26,6
23,9
Importations en
provenance du
Canada
299,79 millions CAD
284,24 CAD
51,25 millions CAD
Nature des
échanges
Produits énergétiques,
biens d'équipement,
biens de
consommation,
produits semi-finis
Biens d'équipement,
aliments, biens de
consommation
Source : www.edc.ca
Le saviez-vous?
 La population des pays de la zone MENA
représente 30% de celle de la Chine et plus
d’une fois et demie la population des ÉtatsUnis;
 Les trois pays francophones de l’Afrique du
Nord ont une population de près de 80 millions
de personnes;
 60% de la population des pays de la zone MENA
a moins de 25 ans;
 Une croissance moyenne annuelle du PIB de 5%
dans les pays de la zone MENA;
Une perspective sociale et historique
•
Proximité culturelle avec les pays du Maghreb vs
différentes régions émergentes;
•
Forte présence des communautés maghrébines au
Québec;
•
Particularité dans les rapports Maroc-Algérie;
•
Système politique et économique spécifique à
chaque pays.
Le Maroc: Les secteurs d’intérêt
Les secteurs tels que défini dans le pacte national
Émergence Industrielle:








Industrie (automobile, aéronautique,
agroalimentaire, électronique)
Énergie renouvelable (solaire, éolienne)
Tourisme
Agriculture
Pêche
Logistique
TIC
Commerce et distribution
Les principales zones
industrielles du Maroc

Casablanca: arrivée prochaine de Bombardier via un
investissement de 200 millions CAD – Plusieurs ZI dans la
région de Casablanca (Sapino, Nouaceur, Mediouna, Ain
Sebaa);

Tanger: 2ème pôle industriel du Maroc - TangerMed, TFZ,
usine Renault (capacité de 400,000 voitures par année) –
forte création d’emploi dans les 5 dernières années;

Kenitra: région en développement accéléré, arrivée prochaine
d’une usine Volkswagen;

Un mot sur l’OCP : 12 milliards de USD d’investissement en
10 ans (implication de SNC Lavalin dans le grand projet de
pipeline) – 40% des revenus de l’État.
Le « Offshoring » au Maroc
•
Une délocalisation de la sous-traitance vers le Maroc
en raison d’une structure de coûts plus faible;
•
Programme de financement et avantages fiscaux
pour les entreprises qui s’y installent;
•
Plusieurs spécialités se sont développées dans
différentes régions du pays :



Casanearshore : développement de logiciels, « back office »
bancaires et de l’assurance;
Rabat Technopolis : technologies de l’information;
En cours de réalisation : Fès Shore et Oujda Shore.
Un climat d’affaires facilité
 Un encadrement légal et juridique favorable à
l’investissement – facilité de transfert des fonds,
possibilité de détenir 100% du capital d’une société,
création de société facilitée (CRI), etc.
 Plusieurs accords de libre-échange en place (USA, UE,
Turquie, ZALE (pays arabes), bientôt le Canada);
 Fiscalité et mesures incitatives: de nombreux
programmes de financement et d’incitatifs fiscaux pour
le démarrage ou l’implantation de nouvelles
entreprises;
 Protection de l’investisseur: recours juridiques et
légaux.
Les avantages
 Un capital humain qualifié et performant ainsi que des coûts
de main-d’œuvre très compétitifs;
 Des infrastructures aux standards internationaux: un réseau
de transport très développé (autoroute, tramway, TGV);
 Un « hub » pour la sous-traitance et une porte d’entrée pour le
marché de l’Union Européenne;
 Un accès à un marché de près d’un milliard de
consommateurs;
 Un environnement d’affaires favorable et des stratégies
sectorielles ambitieuses (aéronautique, automobile, secteur de
l’énergie, télécommunications, etc.).
Source : www.invest.gov.ma
L’Algérie: Les secteurs d’intérêt
 Les travaux publics (40 milliards de USD sur une période de 5 ans):
extension et modernisation du réseau routier, augmentation des capacités
portuaires; construction et réhabilitation d’infrastructures dans le domaine
de la santé;
 Les transports (35 milliards de USD): achèvement du métro et du tramway
d’Alger et des nouvelles lignes de tramway à travers 14 autres villes;
modernisation des infrastructures aéroportuaires;
 Développement industriel, secteur de l’énergie (27 milliards de USD) :
réalisation de nouvelles centrales électriques, modernisation des entreprises
publiques et développement de l’industrie pétrochimique (raffinage);
 Accès à l’eau : réalisation de 35 barrages et 25 systèmes de transfert d’eau;
 Développement de la connaissance et du potentiel humain (3 milliards de
USD); focus sur la formation professionnelle, l’enseignement et l’intégration
des TI;
 Industries mécaniques: à travers plusieurs « joint venture » dans les
véhicules lourds (ex: armée algérienne crée un joint venture avec Daimler
Benz).
Source : ANDI – www.andi.dz
Les principales zones
industrielles d’Algérie
 Rouiba (Alger) : Industries diverses (dont
construction mécanique et boissons);
 Arzew (Oran) : Hydrocarbures, petrochimie;
 Bejaia : Industrie, raffinage, huile et sucre;
 El Hadjar (Annaba) : Complexe acieries
 Sétif : Industrie mécanique et électronique
Grandes réformes et chantiers à venir
• Privatisation: ouverture du capital et privatisation des entreprises publiques;
• Secteur bancaire et financier: mise à niveau technique, amélioration et
modernisation;
• Réseau ferroviaire: modernisation et développement important du trafic à
prévoir (objectif de multiplier par 4 le nombre de siège/km offert);
• Promotion de l’investissement et de l’environnement des entreprises ($2
milliards US): programme de mise à niveau touchant près de 20 000 PME.
• Défi de la formation professionnelle et technique qualifiante dans plusieurs
domaines;
• Défi dans la formation de managers - Projets de plusieurs écoles, dont la
nouvelle École Nationale supérieure de management, sensée former les
futurs managers du secteur public aux méthodes de management modernes.
KPMG: http://www.algeria.kpmg.com
L’encadrement légal et juridique
 Profonde mutation du secteur privé et forte croissance
du nombre de PME au cours des dernières années;
 Une certaine lourdeur administrative qui engendre de
longs délais;
 Il faut savoir naviguer dans l’appareil administratif:
plus lourd et complexe que le Maroc ou la Tunisie,
même si les dispositions favorables existent dans les
textes;
 Objectif d’avoir 2 millions de PME d’ici 2025.
Les avantages
 Marché en pleine croissance de plus en plus sophistiqué (proximité
avec l’Europe, connectés sur internet et la télévision);
 Population jeune et instruite ayant le français comme langue d’usage;
 Proximité avec l’Europe, accords d’association avec l’UE, accords de
libre-échange ZALE (Zone arabe de libre échange);
 Ressources très importantes et stabilité macroéconomique grâce aux
hydrocarbures (pour au moins les 25 prochaines années);
 Disponibilité du crédit et d’aides diverses pour les entreprises de droit
algérien (ex : dans le cas de joint venture);
 Relative stabilité politique (comparé aux voisins);
 Prise de conscience des autorités par rapport au défi lié à la
démographie et aux besoins économiques (création d’emplois);
 Problème : loi sur l’investissement 49% - 51% toujours en vigueur.
Ressources, échéancier et
financement
 Prévoir un horizon de 12-18 mois afin de préparer le
plan d’action et mener les activités nécessaires pour la
prise de décision:




étude de marché;
plan d’affaires;
mission de prospection ou d’étude;
identification des partenaires et clients.
 Ressources disponibles pour accompagner les
entreprises : le réseau des délégués commerciaux au
niveau des ambassades, certaines ressources au niveau
du MRI, Expansion Québec, etc.;
 Des programmes de financement ou d’accompagnement
à l’investissement sont disponibles pour les entreprises
désirant étendre leurs marchés à l’international.
Améliorer ses chances de réussites:
Quelques pistes à suivre
 Adopter une stratégie régionale « Maghreb » : évaluer les
trois marchés et prendre une décision suite à cette
première évaluation, ce qui permet d’optimiser les
ressources consacrées au projet;
 Le bouche à oreille: s’introduire auprès des réseaux
appropriés - Agence de développement gouvernementale,
clients et partenaires potentiels, participation aux foires;
 Effectuer une vérification raisonnable des partenaires et
des clients potentiels (Exemple des états financiers
publics au Maroc);
 Privilégier dans un premier temps l’exportation, puis la
recherche d’un partenaire local fiable.
Améliorer ses chances de réussite:
quelques pistes à suivre
 S’appuyer sur des consultants qui ont la connaissance du
marché et les relations (réseautage essentiel) à la fois dans
l’appareil administratif public et les acteurs majeurs du
secteur privé;
 Effectuer des visites sur le terrain: voyages d’étude et de
prospection permettant de rencontrer clients, compétiteurs et
partenaires éventuels;
 Garder en tête que les partenariats à moyen et long terme
sont privilégiés par les acteurs économiques privés et
institutionnels dans l’optique d’un développement durable, les
acteurs locaux ayant le développement économique de leur
région à cœur.
 S’adapter à l’échelle du pays: il faut penser en « monnaie
locale », avec des objectifs enlignés sur les économies locales.
Il faut viser une croissance à moyen et long terme;
Merci pour votre
iCM
SOLUTIONS
attention
Stratégie - Partenariat - International
Christian Kamel, B.Sc., MBA
Mouloud Khelif, M.Sc., MBA

similar documents