voir la présentation

Report
LE JAPON
NOUVELLE FRONTIÈRE POUR LES
ENTREPRISES FRANÇAISES
2 avril 2013
I. Le Japon : un marché incontournable
La troisième économie mondiale (1/3)
 PIB = 2,3 fois celui de la FRANCE
 PIB/hab. = 42,500 US$
– équivalent aux États-Unis, à l’Allemagne et la France
– 2 fois celui de la Corée et 10 fois celui de la Chine
Population
PIB
14.624
USA
CHI
5.745
USA
JAP
5.391
JAP
3.306
ALL
2.555
FRA
2.259
UK
0.986
COR
1337
CHI
313
127
ALL
81
FRA
65
UK
63
COR
49
0
0
2
4
6
8
10
12
14
200
16
En milliards de $, FMI 2010
En millions d’habitants, CIA World Factbook 2010
400
600
800
1000
1200
1400
I. Le Japon : un marché incontournable
La troisième économie mondiale (2/3)
 Le PIB du Kanto [Tokyo] = celui de la Russie
 Le PIB du Chubu [Nagoya] = celui de la Corée du Sud
 Le PIB du Kansai [Osaka] = celui de l’Indonésie
 Le PIB du Kyushu [Fukuoka] = celui de la Thaïlande
I. Le Japon : un marché incontournable
La troisième économie mondiale (3/3)
 Croissance de 2,2 % en 2012 et prévision de 0,6 % en 2013
En Asie
•
•
•
Dans le Monde
Commerce extérieur : le Japon est le 1er
fournisseur de la Chine, de Taiwan et de la
Thaïlande, le 2ème de la Corée et de Hong-Kong,
le 3ème de l’Indonésie, de la Malaisie et du
Vietnam…
Investissement : l’Asie représente 27% du
stock d’IDE sortants japonais, avec une forte
composante industrielle ;
Politique active de conclusion d’accords
commerciaux avec les pays asiatiques.
•
Firmes multinationales :
68 sociétés présentes dans le classement Global
Fortune 500 (2ème après les USA)
•
Puissance financière de premier plan :
position extérieure nette (1er rang mondial),
réserves de change (2ème), contributeur au sein
des institutions financières internationales (2ème)
•
5ème pays contributeur à la croissance
mondiale pour la période 2012-2017 (FMI),
avec une contribution similaire aux principaux
émergents hors Chine.
Source : Service économique régional de Tokyo
II. Les moteurs de la croissance au Japon
Japon, une économie résiliente aux crises successives
 « 2011.3.11 », 2 ans déjà…
II. Les moteurs de la croissance au Japon
L’ économie japonaise en 2013
 Après Fukushima, quelle politique énergétique pour le Japon ?
– Plan de développement des énergies renouvelables tout en gardant
une part dans l’énergie nucléaire
 Plan de relance du Premier ministre Shinzo Abe « Abenomics »
– Assouplissement de la politique monétaire pour retrouver de la
compétitivité à l’export
– Relance de la croissance par des projets publics
– Sortie de la déflation : objectif d’inflation à 2%
II. Les moteurs de la croissance au Japon
L’investissement des sociétés : +8,8% estimés en 2013
Japan: GDP and demand components
115
Volume indexes; 100 = average (2001-2007)
115
110
110
105
105
100
100
95
90
95
Gov't consumption (18%)
Consumption (56%)
GDP (100%)
Fixed investment (23%)
85
2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
90
85
II. Les moteurs de la croissance au Japon
Perspectives de l’économie japonaise
 Nouvelle Politique de globalisation industrielle
– Accélération des investissements de production dans les pays émergents et
promotion des investissements à valeur ajoutée au Japon
– Politique gouvernementale de multiplier par 2 les FDI d’ici 2020
 Gestion de la dette publique
– 233 % du PIB brut, 130 % du PIB net en 2011, détenus à 95% par les ménages
– Pression fiscale encore modérée de 35 % vs 45 % en moyenne pour les pays
de l’OCDE
– Augmentation de la TVA de 5 % à 8% en avril 2014 puis à 10 % en avril 2015
II. Les moteurs de la croissance au Japon
Les nouveaux marchés
 De nouveaux modes de consommation
- Opportunités du « Silver Market »
• 23 % de la population a plus de 65 ans, ce taux sera de 40 % en 2050
• cosmétique anti-âge, compléments alimentaires,…
- Explosion du e-commerce
- Le Japon : laboratoire d’idées pour le marché mondial
- Nouvelles tendances de consommation post-séisme
III. Les relations économiques franco-japonaises
Une forte présence française en local
Présence de la majorité des grands groupes
De nombreuses PME y réussissent
CCIFJ, 1ère et plus ancienne Chambre européenne
 Luxe & Mode, Agro-alimentaire
– Chanel, Baccarat, LVMH, Christian Dior, Clarins, Longchamp, Petit Bateau, Agnès
B,…
– Roquette, Nexira, Danone, Pernod-Ricard, Fauchon, Pierre Hermé, Valrhona,
Groupe Le Duff,…
 De nombreuses entreprises industrielles
– Air Liquide, Airbus, Eurocopter, Thalès, Alstom, Saint-Gobain, Areva, Total,..
– Renault-Nissan, Peugeot-Citroën, Michelin, Valeo, Faurecia,…
– PME’s technologiques : HEF, Digital Surf, A. Raymond,…
 Et aussi dans la Finance, les Services,…
– BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale, AXA,…
– Air France, Veolia,…
III. Les relations économiques franco-japonaises
Un commerce bilatéral équilibré qui peut être développé
 Des entreprises françaises dynamiques à l’export au Japon
– Le Japon : 11ème client pour la France (2ème en Asie) avec 1,4 % de part de
marché (2,7 % pour l’Allemagne)
– Les marques françaises connaissent le succès dans l’Archipel
III. Les relations économiques franco-japonaises
Investissements réciproques
 La France est le 3ème investisseur étranger au Japon, derrière les EtatsUnis et les Pays-Bas
– Stock des investissements directs français au Japon fin 2010 : 9% des IDE
entrants
– Présence française au Japon : 400 entreprises (employant 60 000 personnes)
– Ventilation : secteur manufacturier 38 %, grande consommation 33%, secteur
financier 15%, TIC 10%
 Le Japon est le 10ème investisseur étranger en France, le 1er asiatique
– Stock des investissements directs japonais en France fin 2009 : 2% des IDE
– Présence japonaise en France : 400 entreprises et 650 implantations
(employant environ 62 000 personnes en France)
– Ventilation : secteur automobile 40%, industrie électronique 25%
IV. Les enjeux des négociations de l’ Accord de Partenariat
Economique Europe - Japon
Dates clés vers un APE Europe - Japon
 31 mai 2012 : conclusion de l’ exercice de cadrage lancé en 2011
– Définit le cadrage des futures négociations d’un APE EU-Japon
 29 novembre 2012 : ouverture des négociations
– Accord des ministres du Commerce européens sur l’ouverture les négociations
d’un APE UE-Japon par la Commission Européenne
 19 février 2013 : rencontre entre Shinzo Abe et Louis Schweitzer, représentant
spécial pour le partenariat franco-japonais
– « Le Japon a la volonté de développer un véritable partenariat stratégique
avec l’Europe, et la France en particulier » (L. Schweitzer)
 Juin 2013 : visite d’État attendue du Président Hollande au Japon
IV. Les enjeux des négociations de l’ Accord de Partenariat
Economique Europe - Japon
Enjeux économiques de l’ APE Europe - Japon
IV. Les enjeux des négociations de l’ Accord de Partenariat
Economique Europe - Japon
Enjeux économiques de l’ APE Europe - Japon
IV. Les enjeux des négociations de l’APE Europe - Japon
Des enjeux différents : le Japon attend des baisses de tarifs,
l’Europe l’ouverture des marchés publics et la suppression des barrières
non-tarifaires
 Ouverture des marchés publics japonais
- A ce jour, pas de transparence sur la législation et les pratiques, notamment
dans l’eau, le ferroviaire, le contrôle du trafic aérien et les contrats militaires
- Le respect des conditions de libre concurrence dans le secteur privé
favoriserait un rattrapage plus rapide des parts de marché côté européen
 Abaissement des barrières non-tarifaires
- La reconnaissance mutuelle des normes favoriserait nos entreprises,
notamment dans l’agroalimentaire, la santé et la cosmétique
 Bénéfices attendus d’un éventuel accord UE-Japon
- Les exportations de l’UE vers le Japon pourraient augmenter de 45% à 70%
- L’UE deviendrait 2ème fournisseur derrière la Chine mais devant les ÉtatsUnis. Sa part de marché serait comprise entre 15 et 18% (vs 10% aujourd’hui)
V. Les atouts du Japon
1. Atout technologique
2. Cohésion sociale
3. Intégration aux économies asiatiques
Et aussi :
– Taux de chômage très faible (4,4% en 2012)
– Epargne importante (12 000 milliards d’Euro)
– Marges de manœuvre fiscale (retour à l’équilibre des comptes
d’ici 2020 avec augmentation progressive de la TVA )
– Faible endettement des ménages et des entreprises privées
V. Les atouts du Japon
Le Japon est positionné sur les technologies de pointe
Le pays au monde qui dépose le plus de brevets (25% du chiffre global)
Les dépenses en R&D représentent 3,8% du PIB (vs 2,7% aux Etats-Unis
et 2,1% en France), 80% de ces dépenses sont faites par les entreprises
Le Japon présente 5,6 chercheurs pour 1 000 habitants (vs 4,7 aux
États-Unis et 3,3 en France)
Le Japon compte pour 2% de la population mondiale, et pour 20% du
budget mondial de R&D : 78% de la recherche est financée par le
secteur privé et 88% de la recherche est appliquée
Leadership mondial du Japon dans beaucoup de secteurs B to C, et
dans de nombreux secteurs B to B (bien que moins visible)
V. Les atouts du Japon
La cohésion sociale, ciment du pays
 Des valeurs culturelles fortes
– Discipline
– Importance donnée au collectif par rapport à l’individu
– Absence de fracture sociale au Japon
– Importance des acteurs privés dans la redistribution des richesses
V. Les atouts du Japon
Japon, portail des marchés asiatiques
Flux commerciaux en Asie de l’Est (biens
intermédiaires et produits de consommation finale)
Balance commerciale 2010 (en Mn de dollars)
 Japon : premier fournisseur de la Chine
– 78,2 milliards de dollars (1er semestre 2011)
 Asie : premier client du Japon
– 56% des exports réalisés en Asie en 2010
(vs 41% en 2000)
V. Les atouts du Japon
Les facteurs qui permettent au Japon de rebondir
 Le Japon reste en tête des pays asiatiques en innovant constamment et en
abandonnant progressivement l’industrialisation de certains secteurs aux
autres pays asiatiques
 Les équipementiers japonais bénéficient indirectement de la croissance
de la demande chinoise : le Japon, puissance « invisible », se positionne en
fournisseur de technologies (BtoB) pour des produits finis fabriqués en Corée,
puis vendus a la Chine
 La domination du Japon se renforce dans le domaine des composants et
de l’outillage industriel : les entreprises nippones produisent 70% du marché
mondial dans 30 secteurs technologiques dont le CA annuel est supérieur à 1
milliard d’USD
 Développement de marchés de « niche » qui crée des situations de quasi
monopole : écrans pour smartphones, cuves de centrales nucléaires, IC,
tissus technologiques, céramique, fibres carbone, propulsion hybride,...
VI. Pourquoi le Japon ?
Japon, un marché plus attractif que jamais
 Des bases d’attractivité solides : qualité (R&D, services…), besoin de
nouveauté, solvabilité de la demande, impulsion des tendances,
infrastructures de distribution efficaces …
 Un marché de l’excellence, avec des consommateurs ayant un pouvoir
d’achat élevé (15.000 Mds USD d’épargne dont 50% à vue)
 Marché exigeant sur lequel s’affrontent des intervenants majeurs de tous
secteurs, grande qualité des services, précision, rigueur, …
 PIB par habitant élevé et mutations démographiques : à l’avant-garde
des pays développés pour l’identification de nouveaux modes de
consommation et d’exigence sur un marché mature
VI. Pourquoi le Japon ?
Pourquoi les entreprises françaises doivent-elles être
présentes au Japon (1/2)
 Les retours sur investissement sont importants : taille du marché,
fiabilité des paiements, marges, stratégies de long terme …
 Savoir valoriser son offre et se différencier sur un marché mature
et concurrentiel est un gage de réussite
 Développer son activité au Japon est un gage de bonne image et de
haute qualité pour l’entreprise et ses produits
 Le Japon est souvent un tremplin vers les autres pays d’Asie et
plus généralement vers le Grand-export
VI. Pourquoi le Japon ?
Pourquoi les entreprises françaises doivent-elles être
présentes au Japon (2/2)
 Marché pour les entrepreneurs (exemple : domaine informatique)
 Marché laboratoire : banc d’essai des tendances, où l’on peut tester
de nouvelles solutions, produits et services
 Bon partenaire pour les échanges universitaires
 Système de financement japonais
VI. Pourquoi le Japon ?
Le manteau d’invisibilité du Professeur Ochiai
VI. Pourquoi le Japon ?
Japon, les conditions pour réussir
 Marché concurrentiel sur lequel s’affrontent des intervenants majeurs
de tous secteurs
 Se préparer à répondre aux besoins des consommateurs ayant un
pouvoir d’achat élevé et qui demandent un haut niveau de qualité
 Se préparer aux mutations rapides du marché : évolution
démographique, nouveaux besoins,..
 Etre patient : le temps de décision est long (consensus), la confiance
se crée dans la durée, et lorsqu’elle est acquise, on peut compter sur la
fidélité des Japonais.
VI. Pourquoi le Japon ?
Japon, les conditions pour réussir
 Se préparer à répondre aux besoins des consommateurs
VI. Pourquoi le Japon ?
Un réseau d’experts présents au Japon
à chaque étape du parcours
 Réseau des CCI France (CCI International)
 Ubifrance
 Chambre de Commerce et d’Industrie
Française du Japon (CCIFJ)
 Conseillers du Commerce Extérieur (CCE)
 Sociétés de service privés
 Représentations régionales
 JETRO
CONSOLIDATION
IMPLANTATION
PROSPECTION
INFORMATION
Annexes
III. Les relations économiques franco-japonaises
Structure du commerce bilatéral
Exportations de la France
vers le Japon
Importations de la France
depuis le Japon
Source : Service économique régional de Tokyo
IV. Les enjeux des négociations de l’APE Europe - Japon
Japon : accords de partenariat économique déjà en place,
principalement avec des pays asiatiques
RCEP (ASEAN+6)
Inde
TPP11
FTA
(CHI+KOR+JPN)
Laos
ASEAN+3
Myanmar
Cambodge
ASEAN
Chine
Corée
Japon
Indonésie
Thaïlande
Philippines
Australie
Nouvelle-Zélande
Singapour
Suisse
Malaisie
Brunei
Vietnam
Union Européenne
Russie
Canada
Etats-Unis Chili
Taiwan
Mexique
Pérou
Hong Kong
Papouasie-Nouvelle-Guinée
FTAAP
(APEC)
(souligné)
Zone de libre échange ou accord signé ou en négociation
Zone de libre échange ou accord à l'étude
APE bilatéral signé par le Japon avec le pays
Source : Service économique régional de Tokyo

similar documents